A l’ombre des Noyers - Martel

46600 Martel

Producteur de noix à Martel, le propriétaire souhaitait pouvoir habiter au plus près de son exploitation. Les terrains cultivés situés le long de la Dordogne en fond de vallée sont inconstructibles du fait de leur caractère inondable. Pour cette raison, le propriétaire a porté son choix sur une parcelle située sur le rebord du causse de Martel, dominant la vallée et son exploitation. Cette parcelle s’ouvre largement sur le paysage, offrant une vue à 180°, du site de « Gluges » au village de Montvalent.
Ce paysage exceptionnel imposait une intervention sensible et respectueuse de ce site (prise en compte de la topographie, de la perception de la maison dans le site, préservation de la végétation,…).
Cette sensibilité oriente instinctivement la maîtrise d’ouvrage vers une conception bioclimatique. Le choix d’une écriture architecturale dite « contemporaine » découle à la fois de cette attention au site et d’un échange mutuel de références architecturales entre le propriétaire et ses architectes (livres, visites de projet, …).

Une maison se développant en toute discrétion
Par soucis de discrétion et de respect du paysage, les architectes ont particulièrement travaillés sur la volumétrie de la construction.
Les espaces et les usages s’organisent à l’intérieur de trois volumes simples décalés les uns par rapport aux autres. Les décrochés entre ces trois volumes limitent la perception de l’ensemble. La maison se dévoile progressivement. L’imbrication des volumes suggère une progression « du public vers l’intime » et participe à la découverte du site en proposant des points des vues singuliers sur le paysage.
L’implantation de ces trois volumes tient également compte de la topographie du terrain naturel. Chaque volume s’installe sur un niveau différent affirmant ainsi la séparation entre les espaces. En outre, tout en conservant des volumes extérieurs bas dissimulés dans la frondaison des arbres, le jeu entre les différents niveaux permet de dégager de grands volumes intérieurs pour les pièces de vie : hauteurs sous-plafond allant jusqu’à 4 m.
Le traitement de la toiture en bac acier permet lui aussi de limiter la hauteur du bâti et apporte une légèreté à l’ensemble : toiture à très faible pente, pas de hauteur d’acrotère, finesse des débords de toiture….

Relation entre la conception architecturale et le site
La conception des volumes et la nature des façades résultent de la mise en adéquation de l’orientation, des vues sur le paysage et du choix des matériaux.

Les façades nord et ouest sont principalement fermées et revêtues d’un parement pierre pour se protéger des intempéries et du soleil rasant. Les façades est et sud présentent une ossature bois largement ouvertes, favorisant les apports solaires passifs et dégageant des vues sur le paysage.
La conception de volumes étroits (largeur intérieure de 6 m maximum) permet de développer des espaces traversants accentuant les apports solaires passifs toute la journée. Ces espaces traversants participent également à diminuer la perception de la limite entre le dedans et le dehors : mise en oeuvre d’un principe de continuité de revêtement de sol et de mur entre l’intérieur et l’extérieur.
La conservation des arbres existants permet de réguler ces apports solaires tout au long de l’année en venant compléter la protection solaire offerte par de larges  débords de toitures.

Procédés constructifs

  • Murs : en façades est et sud, mise en œuvre d’une ossature bois avec une finition en bardage horizontal en bois de résineux ; en façades ouest et nord, mise en œuvre de parpaings de pierre ponce avec parement en moellons de pierre calcaire (épaisseur de 15 cm) équarris et montées à joints vifs.
  • Toiture : à faible pente (7%), bac acier en couverture et en laine de bois (2 x 20 cm) pour l’isolation.
  • Menuiseries : en aluminium double vitrage, à l’exception de celle de l’entrée constituée par un ensemble menuisé en bois. L’occultation est assurée par des stores type « toile screen ».
  • Chauffage : chaudière biomasse alimentée en sous-produit agricole (coque de noix), plancher chauffant pour l’ensemble de la partie habitation.

Enregistrer

Enregistrer

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

200 m²

Coûts

Non communiqué

Documents

Crédit photos

Caue du Lot - propriétaire

Date de mise à jour

18/08/2016