Aménagement du centre-bourg - Saint-Léger-sur-Dheune

71510 Saint-Léger-sur-Dheune

Architecture du XXe en Saône-et-Loire

En 1996, Saint-Léger-sur-Dheune, petite commune de 1300 habitants établie en bordure du canal du Centre, souffre du déclin de sa population. Cette baisse démographique a des conséquences sur les effectifs scolaires et nuit au maintien de certains commerces. Sur les conseils du CAUE de Saône-et-Loire, le maire adopte un Schéma Local d’Aménagement et d’Environnement, lequel débouche en 1999 sur la première signature en Bourgogne d’une convention « Cœurs de villages ». L’objectif de cette réflexion menée à l’échelle urbaine est double : maîtriser le développement futur du bourg et mettre en valeur la commune en tirant parti de la situation en bordure de canal. Le SLAE définit plusieurs orientations : l’amélioration du cadre de vie, la requalification des espaces publics, la densification du bourg et la mise en place d’une politique touristique. Le projet annonce et hiérarchise la création de nouveaux équipements, des aménagements urbains, la construction de nouvelles habitations, la réhabilitation et la rénovation du patrimoine bâti (L’ Opération façades délivre des aides aux propriétaires pour le ravalement de leurs biens immobiliers).
De 1999 à 2003, l’équipe d’architectes et le paysagiste, lauréats du concours d’urbanisme en 1998, sont les concepteurs d’une capitainerie, d’un atelier de réparation de bateaux, d’un centre de loisirs, de logements et d’une passerelle. Ils sont également les maîtres d’œuvre de la reconversion d’une gendarmerie en appartements, de l’aménagement de rues, de places et d’un parc, ainsi que de l’agrandissement du port. La réflexion menée à l’échelle urbaine permet une analyse fine de l’implantation des équipements pour une meilleure insertion des réalisations dans le tissu existant. Les relations entre les nouveaux édifices et le bâti ancien sont étudiées et se matérialisent dans les cheminements piétons, la passerelle… Le monopole des trois concepteurs sur l’ensemble des chantiers, la cohésion et l’implication des élus favorisent une cohérence tant urbanistique qu’architecturale. L’écriture sobre des deux architectes, l’emploi de teintes et de matériaux récurrents (bardage métallique et bois, enduits blancs et ocres), contribuent à la création d’un ensemble homogène de qualité.
Devenue une étape agréable des croisières fluviales, la commune affiche aujourd’hui un réel dynamisme. Son image a changé. La population a augmenté de 200 habitants; la demande locative est forte et l’activité commerciale est marquée par la réouverture d’anciennes boutiques.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008

Programme

Construction de 10 logements PLA et d’un centre de loisirs périscolaire.

Aménagement des espaces publics centraux: place du Marché, place du Capitaine Giraud et port fuvial sur le Canal du Centre

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

23/11/2016