Aménagement des jardins de la porte Nord- Arras - Arras

Boulevard Robert Schuman, 62000 Arras

Caractéristiques du terrain actuel et enjeux.
Le site du projet est un espace majeur qui marque l’entrée de ville, à la croisée de l’avenue Michonneau et du boulevard Robert Schuman.
Situé sur le tracé de la fortification Vauban, dont témoigne un aménagement récent, il conserve de cette position et de cette histoire un statut de seuil.
C’est un terrain autrefois industriel, que le temps a en partie re-naturé puisqu’on y trouve quelques espèces protégées de batraciens. Mais c’est aussi un terrain délaissé qui a connu des dépôts divers de terre et de gravats et présente une topographie chahutée.
C’est enfin un espace en mutation, entre le canal qui constitue un axe essentiel de la trame bleue de l’agglomération et fait l’objet d’un projet d’aménagement des berges, la cité nature qui a besoin de renforcer le confort et la lisibilité de son accueil, et un pôle d’activité ludique en attente d’un cadre qualifiant.
Le projet doit tisser des liens entre ces éléments et proposer un ensemble cohérent qui prenne du sens à l’échelle de la ville. La thématique de l’eau s’est imposée assez naturellement car elle marque déjà le site de façon forte et représente un potentiel riche de possibilités d’expression.

Parti d’aménagement
Le projet propose une articulation entre nature et culture autour du thème de l’eau et s’appuie sur les éléments suivants:
une ouverture vers l’écluse et les berges de l’Escaut,
une relation avec le parvis de la Cité Nature
une mise en cohérence des équipements présents sur le site (le parc en constitue l’espace partagé autour duquel ils se rassemblent)
un lieu nouveau et bien identifié dans la ville avec une palette végétale singulière
une transition entre un espace sophistiqué (jardins d’eau) et un espace naturel (étang et roselières)

La structure du parc-description
Le mail
Sur le tracé de l’ancienne rue de la Piscine, un double alignement d’arbres installe une structure paysagère très lisible qui équilibre la masse bâtie des hangars de la Cité Nature. Il propose une liaison forte vers l’écluse et le canal et un espace qui accueille le stationnement des voitures et des bus.
Le parvis
Un espace de forme triangulaire articule le parvis de la Cité Nature, l’esplanade des équipements, le mail et l’entrée du parc. C’est un espace à dominante minérale, généreusement planté d’arbres, et agrémenté de massifs arbustifs qui reprennent la forme et les essences de ceux qui découpent l’esplanade. Des bancs prennent appui sur ces massifs et introduisent le temps du repos et du calme qui sera celui du parc dans la ville.
A partir du parvis s’ouvre la promenade haute qui contourne la piscine et domine l’étang, et la rampe qui descend vers les jardins d’eau.
Le parvis se termine par un belvédère qui surplombe les bassins et l’étang.
Les jardins d’eau
En contrebas du parvis un ensemble de bassins constitue une petite dérivation de la Scarpe, et emmène l’eau du bief haut vers l’étang puis le bief bas.
Ils sont composés
– d’un canal qui accompagne la promenade basse, où sont présentées des nymphéas. Il surplombe en partie les bassins en cascade, dont il est séparé par un muret percé de barbacanes.
– d’une succession de bassins décalés d’une vingtaine de centimètres les uns par rapport aux autres, traversés de passerelles où sont présentées des collections de plantes aquatiques. Depuis le dernier bassin, l’eau s’écoule en cascade vers l’étang.
Un mur de soutènement tient ces bassins au dessus de l’étang et de la partie naturelle. Il est surplombé d’un platelage en bois qui donne une vue à la fois sur les bassins et sur la roselière et la prairie en contrebas.
L’étang, la roselière et la prairie
Le terrain, en partie humide, entre la piscine et la fortification est légèrement reprofilé, de façon à créer une pente douce de la berge vers la piscine. L’étang prend naturellement place dans cette topographie.
Cette partie du parc est traitée de façon beaucoup plus naturelle. L’aménagement consiste à valoriser le potentiel en place. Les essences sont choisies parmi celles de la végétation spontanée. Un cheminement la parcourt, en partie basse, qui traverse ou en longe la roselière, et en partie haute, le long des berges de la Scarpe.
Par tout temps, ce chemin des berges qui rejoint le chemin de la piscine, puis le parvis et la promenade haute vers l’écluse, permettra de faire le tour du parc « à pied sec ».
©Philippe Thomas

Nominé aux Beffrois de la création 2013 ( catégorie aménagement )

Programme

Aménagement entrée de ville

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

THOMAS Philippe, paysagiste

Date de mise à jour

08/08/2016