La Briqueterie. Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne - Vitry-sur-Seine

17, rue Robert-Degert, 94400 Vitry-sur-Seine

La Briqueterie, un nouveau lieu dédié à la danse contemporaine.

Métamorphoser le lieu et l’architecture : faire d’un terrain vague et d’un bâtiment industriel à l’abandon, le cœur battant de la création chorégraphique contemporaine, telle est l’ambition du projet fondé par le mouvement, le rythme et la lumière.

La capacité des anciens sites et bâtiments industriels à accueillir de nouveaux usages n’est plus à démontrer. Cette fois encore, une ancienne usine va offrir un abri magnifique à une culture bien vivante, celle de la danse contemporaine; et l’architecture du XXI°siècle de prendre appui sur celle du XIX°siècle.

Ainsi le dernier vestige de la briqueterie bâtie sur le domaine de Gournay, hier lieu de production de briques, demain deviendra lieu de productions chorégraphiques. Conserver, c’est transformer : sans  ce projet nul doute que le dernier bâtiment de la briqueterie aurait finit par tomber en ruine.

 

L’espace, dimension partagée de l’architecture et de la danse.

Le mouvement, le rythme et la lumière sont à la base du projet, fruit de la rencontre de la danse et de l’architecture.

Au cœur du dispositif architectural, les studios pour les danseurs : l’ampleur du volume supérieur de l’ancienne usine lui permet d’abriter sans mal les trois studios de répétition tandis qu’un nouveau bâtiment sera construit pour accueillir confortablement le studio-scène avec son plateau de 15m par 15 et ses 180 spectateurs. A la perpendiculaire de l’ancienne bâtisse, la nouvelle construction forme avec elle un L entre les bras duquel s’ouvre un jardin changeant selon les saisons. Reliant les deux volumes, une grande galerie de plus de 60 mètres de long constitue l’épine dorsale du bâtiment.

Distribuer et isoler les studios par les circulations formant une double peau est l’idée ordonnatrice du projet : d’une part le mouvement et sa fluidité, celle des corps des danseurs, mais aussi la circulation de tous à l’intérieur du centre, d’autre part le son et son affaiblissement, pour le travail des danseurs comme pour la tranquillité du voisinage.  Au final le plan du nouveau centre semble reproduire le dessin d’une maçonnerie de briques, dont les volumes seraient les briques, les circulations les joints.

Unir au bâtiment industriel préexistant un nouveau bâtiment enracine un peu plus le projet dans l’histoire du lieu tout en l’ouvrant sur le futur. Pour réunir le neuf et l’ancien, un toit s’élançant du fût cylindrique de la cheminée de briques au totem cubique du monte-charges en béton, débordant et protecteur côté rue, formant verrière côté jardin. Le nouveau bâtiment intègre l’ancien au point qu’ils ne font plus qu’un.

Au mouvement, succèdent dans l’ordre des préoccupations architecturales le rythme et la lumière. Ainsi la structure linéaire des galeries rythme d’un pas régulier nos déplacements à l’intérieur du centre, quant à l’enveloppe tantôt de métal, tantôt de verre, elle fait l’obscurité dans le studio-scène, la lumière dans la grande galerie. À la Briqueterie, enveloppée d’une façade de verre, répond le volume du studio-scène tout de métal vêtu : derrière la peau vitrée les pierres et les briques, derrière les plis de zinc le noir du plateau.

Pour ouvrir le centre sur la ville, à la charnière de l’ancienne usine et du nouveau bâtiment est aménagé un parvis couvert, pour le rendre visible depuis le boulevard, la cheminée et le monte-charges font l’objet d’une mise en lumière dynamique par l’artiste Yann Toma.

Dernier acte de la mise en œuvre d’une zone d’aménagement concerté, le centre offrira aux logements environnants la vue en cœur d’îlot d’un jardin.
Le centre de développement chorégraphique est tout entier pensé pour que la danse puisse envahir, à son rythme, selon ses besoins espaces intérieurs comme espaces extérieurs, studios comme jardin et parvis.

 

Texte : Philippe Prost (Dossier de presse AAPP- Atelier d’Architecture Philippe Prost)

 

Pour aller plus loin…

La Briqueterie. Une architecture pour la danse. Philippe Prost architecte, ouvrage collectif, Éditions AAM, juin 2013 (ISBN : 978-2-87143-277-7)

Programme

Centre de développement chorégraphique, Studio scène, 3 studios de danse, administration, accueil, restructuration et extension.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

3 400 m2 dont Restructuration : 1 300 m2 SHON, Extension : 2 100 m2 SHON

Coûts

7,6 M€

Crédit photos

©Luc Boegly

Date de mise à jour

03/10/2018