Carrefour des Forges et Voie Nouvelle - MONTATAIRE

Rond-Point des Forges, 60160 MONTATAIRE

Contexte : Le carrefour des Forges et la voie nouvelle à Creil, Montataire et Nogent sur Oise s’inscrivent dans un tissu urbain industriel distendu et en cours de mutation.

Intentions : Le principe directeur sur lequel s’appuie le projet est d’amorcer la voie nouvelle et le carrefour des Forges dans une emprise large de coulée verte, depuis la rypisylve existante. autour de la rivière du Thérain, point de départ de la voie. L’amorce de la voie nouvelle est traitée comme le serait un bras du cours d’eau. La nature pénètre dans la ville par le biais du boulevard urbain, sur un linéaire de deux kilomètres. La végétation originelle liée à la présence de l’eau (cours d’eau, marais), reprend une image qu’elle avait perdu au fil des années, suite à l’urbanisation progressive et au morcelage industriel. L’enjeu de l’opération consiste à la fois à intégrer l’infrastructure nouvelle dans le milieu urbain, et à créer une trame verte à l’échelle de l’agglomération. Audelà d’amorcer un itinéraire de déplacement agréable, la voie nouvelle s’intègre dans un écosystème global, impliquant en particulier une réflexion sur la biodiversité, les choix d’essences, la prise en compte des eaux de ruissellement. Le site requalifié devient un véritable espace naturel et urbain.

 

L’expérimentation menée à Montataire consiste à appliquer, sur différentes zones, d’une surface totale de 800 m2, les techniques de phyto-extraction et de phytostabilisation afin de les tester en situation réelle. En concertation étroite avec les équipes d’aménagement (notamment paysager), nous avons planté à l’automne 2012 plusieurs centaines de saules des vanniers, un arbre alliant croissance rapide et capacité à extraire les métaux du sol. Il est rejoint par l’arabette de Haller, une herbe sauvage hyper-accumulatrice de cadmium et de zinc. Le Calamagrostis Epijeos, une grande et élégante graminée, est également testé pour stabiliser les métaux dans le sol.

Fiche réalisée en 2017 – Année des 40 ans de la loi sur l’architecture, et donc des CAUE.
40 ans de la loi architecture

Texte et photos fournis par l’agence SLG Paysage

Expérimentation de la phytoremédiation et Phytostabilisation INERIS Mag n°33

Programme

architecte SLG Paysage mandataire    b.e.t. BERIM cotraitant

Concepteur(s)

Année de réalisation

Surface(s)

6,2 hectares

Coûts

6,6 millions d'euros

Crédit photos

CAUE 60

Date de mise à jour

04/08/2017