Centre aquatique du parc des Vauroux : restructuration d’une piscine intercommunale - Mainvilliers

1 rue Salvador Allende, 28300 Mainvilliers

La réhabilitation du centre aquatique du parc des Vauroux le fait renaître sous la forme d’un équipement dont la restructuration et la mise aux normes permettent la continuité de service d’un équipement périphérique.
Il permet d’accueillir dans un service de proximité un large public mais aussi les scolaires avec le souci de favoriser l’apprentissage aux plaisirs de l’eau.
Le projet pour la piscine prend place dans un environnement paysagé ouvert. Il est un lieu de loisirs qui doit à la fois se signaler à partir du réseau de voirie, mais doit préserver une intimité partagée par les nageurs. Cette double dimension symbolique et domestique s’accompagne d’une attention aux parcours, aux lumières, aux orientations.

Situé dans un parc paysagé le centre aquatique, respecte son environnement et s’inscrit dans une démarche environnementale raisonnée et pérenne. Le bon sens et la concertation entre les différents acteurs ont été le moteur de cette démarche environnementale.

Le bassin de 25m d’une profondeur de 3m60 est reconfiguré avec des profondeurs variant de 1m40 à 1m80, afin de limiter les volumes d’eau et par conséquent les consommations d’eau et d’énergie pour la chauffer.
Les façades redonnent à cet équipement une image dynamique en phase avec sa renaissance, dont la pérennité pour les 25 prochaines années ne donnera pas à lire aux utilisateurs une image de bâti ancien.
Les locaux techniques sont restructurés et étendus en récupérant les anciens vestiaires collectifs attenants. Cette restructuration s’accompagne d’une mise aux normes des quelques éléments conservés pour le petit bassin, elle bénéficie aussi d’équipements neufs pour la majorité des éléments techniques.
L’espace soin du corps est une variante permettant de réaliser une économie et de conserver la salle polyvalente dans son fonctionnement actuel au rez-de-chaussée. Il a été créé en rez-de-jardin sous l’actuelle salle polyvalente. Ainsi les espaces humides et intimes donc moins ouverts, ne nécessitant pas un éclairage naturel important, se trouve dans les zones talutées.
La partie détente relaxation est en façade, largement baignée de la lumière du sud, de plain pieds et dans la continuité de la zone humide. Elle est prolongée d’un jardin « zen » qui a été aménagé face au parc, protégeant des regards afin de préserver la tranquillité et le calme de cet espace de détente et de repos, parfaitement orienté vers le sud.
Ce jardin, privatif et dédié exclusivement à l’espace de soin du corps a été créé sans dépense complémentaire dans le cadre des économies de budget fait en conservant la salle polyvalente et en utilisant les cabines et casiers de la partie publique de la piscine.

À l’origine, la piscine comprenait :
– Un bassin sportif couvert 25*15 m, profondeur 1,80 à 3,90 m,
– Un bassin d’apprentissage 12*15 m, profondeur 0,60 m à 1,30 m,
– Un toboggan extérieur de 67 m.
Le chauffage était assuré par une chaufferie gaz naturel à condensation.
La ventilation de la halle bassin était assurée par une centrale de traitement d’air double flux à récupération d’énergie (efficacité 50%).
La restructuration de la piscine a réduit les profondeurs du bassin sportif à 1,30 / 1,80 m pour s’adapter aux activités aquatiques pratiquées aujourd’hui. Le bassin d’apprentissage est inchangé.
Un nouveau toboggan extérieur plus ludique avec une arrivée accompagnée sur la plage a été mise en œuvre, réduisant la consommation et le traitement d’eau.
Le chauffage est assuré par une nouvelle chaufferie gaz naturel à condensation, avec brûleurs modulants.
La ventilation de la halle bassin est assurée par une centrale de traitement d’air double flux à récupération d’énergie améliorée (efficacité 70%).

Programme

Restructuration d’une piscine intercommunale

Concepteur(s)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

2000 m2 SHON

Coûts

4,5 MHT

Crédit photos

Atelier PO&PO, CAUE 28

Date de mise à jour

25/08/2017