Centre socioculturel Christian Marin - Limeil-Brévannes

4 rue d'Aquitaine, 94450 Limeil-Brévannes

Le Centre socioculturel Christian Marin participe de la poli­tique d’aménagement durable engagée par la Ville de Limeil­-Brévannes : Éco-quartier Pasteur et Projet de Rénovation Urbaine du Quartier Saint-Martin qui concerne près de 700 logements organisés autour d’un grand parc.
Au cœur de ce processus de mise en valeur du patrimoine naturel et humain de la commune, la Ville a choisi d’engager la construction du centre socioculturel dans une démarche de Haute Qualité Environnementale et d’atteindre les performances énergétiques du label Passivhaus.

En constituant la première image vue du quartier Saint-Martin depuis le centre-ville, cet équipement public de proximité est un signal des engagements de sa rénovation et de sa revalo­risation.
Le centre socioculturel dessine sur la nouvelle Place d’Aquitaine et à l’amorce du Parc un nouveau panorama, en rupture délibérée avec l’écriture architecturale des immeubles voisins tout en se portant garant de la réconciliation de leurs échelles.
Situé au pied du pignon aveugle d’un immeuble de logements partiellement conservé, le gabarit du projet vise à réconcilier échelle piétonne et relative grande hauteur des immeubles.

Cette disposition permet de créer une façade nouvelle, rythmée et valorisante à l’articulation entre le Parc Saint-Mar­tin, l’éco-quartier Pasteur et le centre-ville.

Le bâtiment se développe ainsi du RdC au R+1. Son gabarit s’élève en direction du pignon mitoyen afin d’en minimiser l’impact. La toiture végétalisée inclinée de type « prairie fleurie » qui couvre le bâtiment se prolonge verticalement sur ce mur et l’absorbe afin qu’il devienne un élément qualifiant et valorisant de la recomposition urbaine.
(Nota : ces plantations – lilas, cytise et laurier-tin – feront l’objet d’une réalisation différée, à la fin de cet automne.)

La singularité de la silhouette du bâtiment est renforcée par son bardage de bois brut. Le choix de ce matériau totalement exogène à l’écriture architecturale du quartier vise à affirmer le désir d’en enrichir l’offre architecturale, à y introduire un nouveau registre de cohérence, et à évoquer pédagogiquement les engagements écologiques de sa mutation.

Percée en quinconce de très larges baies vitrées traduisant la générosité des espaces intérieurs, l’expressivité de la peau du bâtiment repose sur la vibration de son bardage de clins bois en pose verticale à recouvrement.

Celle-ci évoque, grâce au choix de deux essences de bois au calepinage croisé et aux teintes différentes – mélèze brut et douglas autoclave raboté -, un motif « textile » doublé d’un jeu d’ombres et de lumières projetées sur chaque clin.

Quatre grandes salles, aux dimensions et géométries variées, font l’éloge de la variété des activités qu’elles accueillent – accueil des 11-18 ans, associations de quartier, services à la personne … -. Ces salles s’organisent autour d’un hall-atrium en double hauteur qui lie, physiquement et symboliquement, les services municipaux désormais mutualisés.

 

Texte : Agence Guillaume Ramillien Architecture

Programme

Centre socioculturel ossature bois

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

385 m2 de surface de plancher

Coûts

925 000 € HT

Crédit photos

Pascal AMOYEL

Date de mise à jour

22/08/2018