Collège Camille du Gast - Achères

188 avenue du général de Gaulle, 78260 Achères

Le quartier de la Gare dans la ville d’Achères se caractérise par un développement urbain important engagé depuis plusieurs décennies, où se côtoient des zones réservées aux logements collectifs, des zones d’activité et des équipements publics.

Ce nouveau collège s’inscrit au cœur du quartier, tout proche du Lycée, en relation directe avec les gares ferroviaires et routières. Le collège existant étant relativement éloigné, il devenait nécessaire de doter ce quartier d’un collège de proximité afin de parfaire l’offre pédagogique dans ce tissu urbain en constante évolution.
La parcelle choisie était anciennement occupée par le parc de stationnement public de la gare SNCF. Dans le cadre d’une concertation avec la Commune d’Achères, le collège s’installe sur une parcelle inscrite au cœur du quartier, à proximité immédiate des logements récemment construits, tout proche du Lycée, en relation directe avec les gares ferroviaires et routières.

Le terrain d’implantation d’une forme « L » d’une surface de 11 769 m² est ceinturée sur sa limite Sud par des immeubles d’habitation et le parvis de la gare, sur sa limite Nord par des bâtiments à usage d’activités, sur sa limite Ouest là aussi par des bâtiments d’activités, et enfin sur sa limite Est par la voie ferrée.
En revanche, le site présente de nombreuses contraintes « physiques » liées essentiellement : à la taille et la morphologie de la parcelle, à la proximité en rive du terrain de la voie ferrée (zones de protection bruit et de pollution de sol), à l’inondabilité du site situé en zone PPRI, à la nature géologique et géotechnique du sol.

D’une capacité d’accueil de 500 élèves, le collège comporte 21 classes et les locaux associés (CDI, salle de permanence, administration de l’établissement, locaux des enseignants, restauration et office).

Les architectes ont opté pour une organisation du bâtiment en « U ». Chaque aile de l’équipement s’articule autour du hall central, véritable nœud d’articulation entre les éléments fonctionnels. Cette disposition permet :
– d’ouvrir le collège sur l’extérieur de la parcelle pour protéger les élèves lorsqu’ils se trouvent sur la cour de récréation ou sur l’aire d’évolution sportive. En effet de par cette implantation, la cour se trouve « encadrée » par le bâtiment mettant les élèves à l’abri des « contingences » extérieures.
– de proposer une organisation clairement lisible de chaque entité fonctionnelle du programme pour permettre aux utilisateurs de se repérer facilement dans l’établissement.
– de privilégier un fonctionnement rationnel et de limiter les déplacements. La morphologie du bâtiment induit un système de distribution simple et hiérarchisé.

La volumétrie générale du bâtiment s’organise autour d’un socle à rez-de-chaussée, supportant les deux éléments majeurs de la composition architecturale, à savoir :
– d’une part un grand volume de deux niveaux au-dessus du rez-de-chaussée. Celui-ci relativement étendu et d’une hauteur d’environ 12 mètres est perceptible depuis le parvis de la gare.
– d’autre part, un autre volume important lui aussi de deux niveaux au-dessus du rez-de-chaussée, venant en intersection du premier.
– le retournement du socle compose la deuxième « jambe » du « U ». Ce volume plus « plat » puisque élevé en seul rez-de-chaussée, parachève la composition générale du bâtiment. Il clôture la cour de récréation. Il supporte une terrasse végétalisée, offrant ainsi à la vue des habitants des logements collectifs une ambiance tel un jardin suspendu, sans toutefois créer un front bâti important.

Le traitement des façades, des ouvertures et des toitures répond à trois objectifs :
– satisfaire les objectifs de la démarche environnementale
– adapter la morphologie des percements et le choix des parements à la composition globale de l’équipement.
– recourir à une écriture architecturale simple, mesurée, adaptée à la fonction même de l’équipement et facilement lisible par les enseignants, les collégiens et les visiteurs.

Spatialement, le recours au béton apparent permet d’une part, de développer des éléments de façade de surface importante sans rupture et sans joint, et d’autre part de réaliser des éléments de modénature d’une certaine finesse tels que les bandeaux.
L’association des différents nus de façade, la présence de parois importantes réalisées en béton blanc, les « doubles peaux » constituées par les surfaces de brise soleil permettent des jeux d’ombres affirmant l’architecture en fonction de l’orientation du soleil.

Compte tenu de la nature du sol, la réalisation nécessitait le recours à des fondations sur pieux descendus à environ 15m de profondeur.
Afin de rentabiliser cette obligation, qui s’inscrit dans une démarche de certification HQE, accompagnée d’une forte volonté de réduction des dépenses énergétiques – un système de fondations thermo-actives (pieux énergétiques) a été mis en œuvre permettant d’assurer une partie de la production de chauffage durant les périodes de chauffe, d’eau chaude sanitaire et de rafraîchissement durant les périodes estivales.

Le projet a été remarqué par le jury du Palmarès 2014 d’Architecture, d’urbanisme et de paysage du CAUE 78.

Programme

Construction d’un collège pour 500 élèves avec demi-pension, 3 logements de fonction et 60 places de parking.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

5 649 m2 SHON, 4 987 m2 SU, 11 769 m2 terrain

Coûts

15 000 000 € HT

Crédit photos

© Ecliptique - Laurent Thion photographe

Date de mise à jour

14/10/2016