Premier prix régional de la construction bois 2017.

Situé dans un hameau ancien à proximité des marais salants, le projet met à profit sa situation en créant un plan de travail généreux, lumineux, ouvrant sur le paysage remarquable du site.

A travers cette extension, le choix a été fait de réorganiser la circulation afin de retrouver dans l’ancien de vraies pièces de vie : grand salon et salle à manger au rez-de-chaussée, deux chambres à l’étage. Le mur en pisé, dernier vestige de l’habitation originelle, a été préservé, alors que deux ouvertures vers l’extension encadrent sa cheminée, devenue l’élément spatial central. Amorcé autour de la cheminée, pièce fondatrice de l’aire domestique et signe de permanence, un parcours circulaire se prolonge vers l’extension, monte l’escalier et traverse la mezzanine ouverte au paysage pour revenir, à l’étage, dans la partie ancienne, où les deux chambres se soustraient par un dégagement au volume autrement ouvert de la maison. Les passages entre l’existant et l’extension sont encadrés par des poutres en chênes sauvées des années auparavant du chantier de démolition d’une ferme voisine. Ce bois massif et vieilli marque symboliquement la transition entre l’ancien et le nouveau, laisse apparaître la matérialité des strates générationnelles.
Le nouveau cheminement intérieur mis en place par le projet se traduit dans le déploiement du volume de l’extension. Ce volume regroupe, au rez-de-chaussée, la salle de bain et les toilettes, la cuisine que sépare un bar en bois massif de la salle à manger ouverte sur toute la hauteur intérieure. Menant au bureau de la mezzanine, l’escalier s’élargit en montant vers la vue et la lumière, pour se prolonger, à l’étage, par un retour de la main courante en garde-corps étagère. Dans la partie ancienne, les deux chambres, séparées du reste de la maison par souci d’intimité, sont distribuées par la mezzanine. L’intégralité du volume de l’extension est lisible de l’extérieur comme de l’intérieur, verticalement ouvert pour accueillir généreusement l’éclairage et la chaleur solaire.

 

Engagé avec une forte contrainte budgétaire, ce chantier a cherché néanmoins à être exemplaire à plus d’un titre. Son organisation sort des schémas habituels par la succession d’intervention des professionnels ainsi que d’une prise en charge partielle en autoconstruction. Dans ce contexte, le succès a été rendu possible par une méthodologie d’approche pratique de chaque problématique dans une interaction constante avec les artisans et le client. Un soin particulier a été apporté au choix des matériaux utilisés, presque tous naturels (bois naturels, ardoise, chaux, réemploi des pierres de démolition pour l’aménagement de la terrasse et maintien de la terre des fouilles sur site avec la terre végétale en couche supérieure) et biosourcés (isolation intégralement en laine de bois, bardage et charpente en douglas naturel non-traité produit localement).

Approche environnementale :
Matériaux naturels (bois naturels locaux, ardoise, chaux, réemploi des pierres de démolition pour l’aménagement de la terrasse et maintien de la terre des fouilles sur site avec la terre végétale en couche supérieure) et biosourcés (isolation intégralement en laine de bois, bardage et charpente en douglas naturel non-traité produit localement). (texte : KARST Architecture)

http://karst-architecture.fr/

Programme

Extension et réhabilitation de maison individuelle.
Le projet répond à la demande de transformation d’une petite maison de vacances, sur la côte bretonne, en lieu de séjour agréable, propice au travail littéraire de son propriétaire.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

40 m2 (SU pour l’extension)

Coûts

60 000 € (TTC) valeur 2016 - coût extension

Documents

Crédit photos

© Andrei Scarlatescu

Date de mise à jour

22/07/2019