Ecole Nationale Supérieure Maritime - Le Havre

quai du Cameroun, 76600 Le Havre

Situé sur la presqu’île de la Citadelle, ce « navire école », par son rapport simple et direct avec le bassin, prend l’apparence d’un bateau à quai. A l’interface ville-port, la silhouette puissante et monolithique de ce vaisseau urbain abrite une complexité programmatique structurée autour de « la rue en escalier ». Ce mouvement ascendant dynamique intérieur aspire le visiteur et contraste avec la masse sombre et immobile du bâtiment. La peau de la résille en aluminium anodisé se soulève pour attirer l’espace du parvis et offrir une vue sur l’eau depuis l’amphithéâtre principal. Visant l’autonomie énergétique, le projet développe une conception bioclimatique avec des solutions passives pour le confort estival et s’équipe de technologies innovantes comme la pompe à chaleur sur eau de mer.

Témoignage des architectes :

« On a toujours voulu évoquer la présence d’un navire, c’était une masse qui était vue en contre-plongée, énorme, avec une présence et une opacité qui est largement supérieure à un bâtiment classique. Cette opacité, cette matière, on ne voulait pas quelque chose de lisse, on voulait quelque chose de rugueux qui affrontait les éléments, la mer. D’où l’acier irrégulier, des matériaux simples, pour offrir cette richesse qui évoque cette présence marine forte.

« On ne sait pas, dans certaines perspectives si c’est la ville qui bouge ou si c’est le navire qui avance dans la ville. On a des perspectives qui sont magnifiques où on se demande qui bouge, la ville ou le navire et ce sont des moments et des instants qui sont superbes.

« Le projet s’est constitué sur la base d’observations du lieu. On avait conscience de la situation assez emblématique et on savait qu’en s’implantant en entrée de ville, on avait un impact fort et que le projet, de fait, devait dialoguer d’un côté avec la ville et de l’autre avec le port. On avait le sentiment qu’on avait la présence de l’eau d’un côté, qui est un élément important, et la présence du ciel. Et on voulait au travers du projet, retrouver ce lien qui caractérisait au moins la situation d’un navire en mer, en tous les cas la situation dans laquelle allaient vivre ces élèves de la Marine.

« Et puis très vite, il est apparu aussi le dialogue avec la ville, ces entrées, ce passage, cette montée vers le bâtiment. On a alors commencé à travailler ces éléments scénographiques que l’on trouve au sein du projet avec la rampe, le parvis, la place, un lieu intérieur qui amène à une terrasse haute, un belvédère où l’on découvre la ville et la ville, le bâtiment. Tout cela a été un travail de séquence, de temporalité. C’est un bâtiment qui est fait de dilatations d’espaces, de lieux, de sonorités différentes, des passages, des univers différents, des mondes quelque part. »

PRIX DES ETUDIANTS / Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute-Normandie 2016

C.A.U.E 76

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

9826 m²

Coûts

18 960 000 € HT

Crédit photos

Luc Boegly, Jacques Basile, Sisley Camus, Yoan La Selva

Date de mise à jour

19/03/2019