Espace des Mondes Polaires Paul-Emile-Victor - Prémanon

146 rue de la Croix de la Teppe, 39220 Prémanon

Le paysage naturel de Prémanon informe l’architecture. Elle se glisse sous le versant reconstitué de la combe et légitime son échelle dans l’émergence fractionnée de 3 volumes massifs parés d’une même vêture d’écailles de zinc. Les espaces libres prédominent au profit de jardins renaturés dans une biodiversité locale.

Cet ancrage au paysage assuré, l’architecture explore dans son intérieur une mémoire tellurique et exhume un univers imaginaire qui renvoie à une période glaciaire jurassique. Le visiteur devient explorateur, et prend pied sur le parvis unifié en granit clair dont le dessin se fracture pour se fondre en lame d’eau. Double plans de vitrages transparents ou opales, dessinant les vitrines ou informant le garde-corps, le revers du versant évoque un front du pergélisol sous sa calotte herbeuse. Emergentes du versant, libérées de leur parure de zinc, 3 angulations lumineusement glacées suggèrent une dérive d’icebergs.

L’espace d’accueil s’unifie dans une matérialité blanche, et s’informe dans le dessin ouvert de lignes fluides. Relayant l’éclairage naturel dispensé par la façade du parvis, une lumière zénithale tombe des failles adossées aux émergences pour qualifier, au travers l’origami d’une membrane translucide, une luminosité blanche, étale, à l’instar d’une lumière polaire. Epicentre rayonnant de l’espace intérieur, le pôle d’accueil permet d’orienter efficacement les visiteurs vers les activités culturelles, ludiques ou sportives. Le bistrot polaire, s’affiche sur le parvis dans un prolongement en terrasse, s’ouvre sur l’espace d’accueil ou le ring de la patinoire-banquise, et assure, en mezzanine sur le versant un accès pour les randonneurs.

La visite du musée exacerbe la mise en scène sensorielle qui sous-tend l’architecture de l’Espace des Mondes Polaires :

  • En prologue, une traversée maritime et mémorielle invite le visiteur à l’aventure d’une expédition polaire dans des projections sonorisées d’images.
  • En salle d’exposition permanente, c’est l’exploration d’ îlots thématiques et spécifiques mis en scène dans une dérive d’icebergs fractionnés de la banquise, et pris dans un double paysage panoramique de l’Arctique et de l’Antarctique. En plafond, comme pour celui de la patinoire/banquise, une membrane translucide blanche s’anime dans les modélisations programmées d’illuminations qui déclinent les ciels polaires. Libre de son parcours, le visiteur explore les différents icebergs et découvre dans leurs épaisseurs les contenus des supports de médiations. La scénographie générale de l’espace est une évocation des paysages polaires qui ne vise pas à l’imitation. Dans cette univers sobre et blanc, ce sont les contenus qui donnent la couleur, qui attirent et concentrent les regards.

Prolongeant les ateliers pédagogiques du musée, le jardin polaire investit le versant par une aire d’exploration de glisse et d’escalade, aménagée comme le chaos d’une banquise mainte fois “ressoudée“.

L’enfouissement de la construction, sa compacité, lui assurent une forte inerte thermique et un climat intérieur très stable, qui non seulement garantissent des conditions particulièrement favorables à la conservation des collections muséales, mais qui également réduisent fortement les besoins de chauffage de l’ensemble de l’équipement intercommunal.

(Texte Agence Reichardt Gilles et Ferreux Gilles – architectes)

Programme

Musée – Auditorium – Patinoire banquise – Salle polyvalente – Office de tourisme – Boutique – Bistrot polaire

Année de réalisation

Surface(s)

5 577 m2

Coûts

9 812 961,98 €HT (9 275 795,98 €HT BATIMENT - 537 166 €HT ESPACES EXTERIEURS)

Crédit photos

Nicolas Waltefaugle - Photographe / Documents graphiques Agence Reichardt Gilles et Ferreux Gilles - architectes / CAUE 39

Date de mise à jour

10/07/2018