LA MAISON FORTE DE BLAY - ESSERTS BLAY

73540 ESSERTS BLAY

Une salle d’animation dans la Maison forte de Blay

A quelques kilomètres d’Albertville, en basse vallée de Tarentaise, le «château» d’Esserts-Blay, propriété communale érigée vers 1400,  se dresse sur les flancs de la Grande Lanche. Adroitement érigé sur un piton rocheux en surplomb de l’Isère, il relayait le contrôle de la vallée, entre le château de Chantemerle à La Bâthie et celui de Feissons-sur-Isère. Actuellement niché dans un écrin de verdure, cette remarquable bâtisse est pourtant passée bien près de l’abandon.

De la sauvegarde à la réhabilitation
«C’est à l’occasion des Jeux Olympiques de 1992, alors que l’édifice était magnifiquement éclairé, que nous avons véritablement pris conscience de sa valeur, et décidé de créer une association pour le sauver» explique Daniel Blanc, président fondateur de l’Association. Celle-ci géra les dossiers techniques ainsi que les recherches de sauvegardes du Patrimoine d’Esserts-Blay.

En 2002, le maire, James Denche, proposera au Conseil municipal de réaliser une salle d’animation à l’intérieur de l’enceinte fortifiée. Cette initiative sera approuvée et le nouvel espace de vie pour la commune, sera inauguré en mai 2008 avec le concours financier du Conseil général de la Savoie.

De la réhabilitation à l’utilisation :
Guy Desgrandchamps, architecte haut-savoyard, a appréhendé en connaisseur ce travail sur une structure médiévale préexistante en ruines, non protégée au titre des Monuments historiques, mais néanmoins source de choix délicats : que fallait-il réhabiliter, restaurer, modifier ou  conserver ?
Le programme du projet dictait assez naturellement de conserver l’affectation initiale des différents espaces : la salle d’animation dans la grand’salle ou Aula (nom des salles d’apparat des châteaux médiévaux), l’office-bar dans les anciennes cuisines et l’espace accueil-sanitaires à l’emplacement de l’ancien hall.
Cette philosophie générale, ainsi que le parti pris de reconstruire dans le volume des murs, sans surélévation, n’excluaient pas pour autant la modernité : à l’instar du hall d’entrée vitré conçu dans la partie en redent de la bâtisse, du balcon jaillissant perpendiculairement à la façade ou de l’utilisation de plancher collaborant bois – béton entre le toit terrasse et la grande salle.
Enfin, en forme de clin d’œil à l’histoire, Guy Desgranchamps proposa une tour en bois à l’emplacement d’une tour disparue (ou qui ne fut jamais construite) permettant de rejoindre le toit terrasse par un escalier hélicoïdal en mélèze. Un escalier jumeau fut logé dans les vestiges d’une autre tour, à l’opposé du bâtiment.
La salle de la Aula, conçue pour recevoir 200 personnes, est dotée d’un équipement scénique permettant d’accueillir des manifestations de petites formes : spectacle vivant, cinéma, conférence, séminaire…     

texte Bruno De Visscher
(Publication : La Rubrique des Patrimoine)

Spécificités bois de l’ouvrage :
Montant du lot bois : 138 000€ HT
Cube de bois consommé : 128 m3

Structure :
Charpente lamellé-collé et Plancher bois-béton

Essences principales de la structure :
Mélèze et Épicéa

Essence principale du bardage : Mélèze

 


© Guy DESGRANDCHAMPS


© Guy DESGRANDCHAMPS

Programme

Salle d’animation dans la Maison forte à Esserts-Blay (Savoie)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

SHOB 1081 m2 - SHON 416 m2

Coûts

742 000 € TTC

Crédit photos

Guy DESGRANCHAMPS, architecte & © CAUE de la Savoie

Date de mise à jour

21/01/2013