Logements collectifs neufs en centre historique - Clansayes

26130 Clansayes

La population du vieux village de Clansayes a augmenté de près de 70 % (!) après la livraison des 5 logements locatifs communaux :
11 nouveaux habitants se sont rajoutés aux 16 déjà présents… Une manière de présenter cette opération qui rend compte de ce qu’elle est : modeste certes, mais essentielle pour Clansayes.
L’objectif était bien là : amener de la vie dans le centre de ce superbe village médiéval, en offrant à quelques ménages, à 5 km
seulement de Saint-Paul-Trois-Châteaux, des logements à prix bien inférieurs à ceux d’un marché locatif devenu inabordable.

Un village perché dominé par un impressionnant donjon féodal surmonté d’une vierge monumentale, trois édifices protégés au titre des Monuments historiques, quelques maisons d’habitation à la silhouette massive, une ambiance très minérale… C’est dans ce contexte que le projet est venu se glisser.
Plus précisément, dans une « dent creuse » (propriété communale) laissée par l’Histoire entre la salle des fêtes construite il y a 20 ans, et une grosse bâtisse aux pierres apparentes. Entre le haut de la parcelle, desservi par la « Montée au donjon » et le bas, desservi par la « rue des Rabassières » : 7 mètres de dénivelé.

Une étude de pré-faisabilité de l’opération, confiée au CAUE en 2004, avait esquissé des principes d’implantation : se caler au plus près du terrain, respecter les alignements et les volumes bâtis voisins, créer entre les deux rues, haute et basse, une liaison piétonne longeant le bâtiment, donner des espaces privatifs extérieurs à chaque logement. Le projet réalisé reprend ces éléments.

Le bâtiment comporte 4 niveaux de plancher, lisibles en façade sud. Du fait de la pente, l’avant-dernier niveau se trouve à rez-de-chaussée sur la rue supérieure. La profondeur de la parcelle, pratiquement
15 mètres, posait la question de l’éclairement des logements. Les solutions apportées varient selon les niveaux :
– au niveau 0 : le logement est peu profond et mono-orienté au sud, où il donne sur une vaste terrasse privative,
– au premier étage, les deux logements sont traversants : chacun d’eux dispose en façade sud d’une terrasse couverte qui apporte lumière et confort d’utilisation, les pièces de services (rangements, sanitaires) sont rejetées au nord car partiellement enterrées. L’accès à ces logements se fait latéralement.Pour l’un : depuis l’escalier crée à l’ouest de la maison, pour l’autre : depuis la courette de la salle des fêtes.
– aux 2ème et 3ème étages, deux grands duplex sont accessibles au nord depuis leur niveau inférieur. Devant leur façade sud, en retrait par rapport à celle des niveaux inférieurs, ce qui contribue à « alléger » la silhouette du bâtiment : une vaste terrasse extérieure.

Les murs sont en béton de site réalisé avec des agrégats locaux. Sa texture et sa teinte rappellent les constructions environnantes.
A l’origine du choix de ce matériau :
la volonté de donner une allure massive à la construction, et un aspect, qui tout en étant contemporain, s’intègre dans ce contexte très patrimonial.

 

Texte CAUE de la Drôme

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

Surfaces utiles : 441 m2

Coûts

Coût d’opération HT : 552 998 €

Crédit photos

Jean-Bernard Roeder, CAUE de la Drôme

Date de mise à jour

14/12/2017