Maison de l’université de Bourgogne - Dijon

Esplanade Érasme, 21000 Dijon

Architecture du XXe en Côte d’Or

Construit au cœur du campus, le bâtiment veut symboliser l’unité de l’Université, à travers un programme dont l’on perçoit la dualité dès l’extérieur avec la superposition des deux niveaux supérieurs en porte-à-faux sur le rez-de-chaussée. Ce dernier comprend l’accueil et la salle des actes, où siège le conseil de l’Université ; les étages contiennent les bureaux répartis dans quatre barres parallèles. Le socle abritant un sous-sol met l’édifice en scène, et participe à lui conférer un monumentalisme en accord avec sa fonction. L’entrée ne s’effectue pas frontalement, donnant un avant-goût du discours intimiste et silencieux des espaces intérieurs. Le rez-de-chaussée est libéré de points d’appuis grâce à des poutres en béton de dimensions imposantes, ce qui permet d’avoir une vision traversante de l’édifice lorsque les volets pivotants de la salle des actes, située au centre, sont ouverts. Au-dessus, les barres sont reliées par des circulations transversales et des salles de réunion, qui délimitent trois atriums ; dans chacune d’elle, les bureaux sont distribués de part et d’autre de couloirs longitudinaux pour permettre leur orientation vers l’extérieur. Des parois et panneaux coulissants autorisent une plus grande fluidité des espaces, à l’image du plafond mobile au-dessus de la salle des actes qui peut s’ouvrir sur l’atrium central. La recherche d’un équilibre des masses neutralisées influence notre perception du bâtiment : on ne décèle pas une façade principale, mais quatre facettes invitant à en faire le tour. Dans toute la construction, la palette de matériaux est réduite au bois, à la pierre de Bourgogne (référence aux bâtiments des années 1950-1960) et au métal des menuiseries. On reconnaît l’écriture retenue et régulière de l’architecte, subtilement empreinte de références asiatiques ; à l’intérieur, son dépouillement tend presque à l’austérité malgré les teintes chaleureuses du bois.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007- Éditions Picard –  2008

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

20/10/2016