Maison Mantin, une formidable renaissance - MOULINS

03000 MOULINS

1986 : Le Conseil général de l’Allier devient propriétaire de la « Mal Coiffée ». Début des années 1990 : il devient propriétaire de l’ensemble des bâtiments du château des Ducs de Bourbon.
2004 : il est l’unique propriétaire du musée Anne-de-Beaujeu et de la Maison Mantin. Aujourd’hui, un projet culturel ambitieux se construit pour conserver, restaurer, ouvrir au public et animer l’ensemble de ce patrimoine.
La maison Mantin fut construite entre le pavillon Renaissance baptisé « pavillon Anne-de-Beaujeu » et la « Mal Coiffée », à l’emplacement même du corps de logis du château des Ducs de Bourbon construit au XVe siècle et ruiné par un incendie en 1755.

Un emplacement stratégique
La maison donne, au nord, sur le parc Laussedat et, au sud,
sur les « Jardins-Bas ». La Maison est à proximité immédiate de la cathédrale où est conservé le triptyque du Maître de Moulins.

L’architecture de la décoration
Commandé par Louis Mantin à l’architecte René Moreau [1],
cette maison fut construite entre 1894 et 1896. Elle jouxte une partie de la maison des parents de Louis Mantin qui fut conservée. Cette partie n’est pas comprise dans le projet actuel.
La « maison neuve » comprend un corps de bâtiment principal avec trois niveaux d’habitation, d’une surface totale de 431 m2.
Un grand escalier en bois dessert les deux étages de la maison et créé un nœud de circulation entre la partie neuve et la maison ancienne.
Cette maison, pittoresque, a été conçue dans un style éclectique mêlant le vocabulaire du manoir médiéval, du chalet de montagne, de la villa de bord de mer et du château Renaissance. Ce style correspond à un certain goût du XIXe siècle. L’architecture intérieure est en grande partie en bois (escalier, lambris, sol, plafond). Des décors peints [2], des cuirs dorés, des tapisseries d’Aubusson, des tentures en soie complètent le décor. Les fenêtres sont pour la plupart ornées de vitraux.
La maison disposait de trois entrées et d’une entrée de service. L’entrée principale se situait côté terrasse, ce dont témoigne l’inscription latine lisible dans le pavement en mosaïque du seuil, « SALVE ». Le rez-de-chaussée se compose d’un vestibule et d’un couloir de desserte, qui ont reçu des peintures au pochoir semblables à celles
de l’escalier, puis d’un salon et d’un bureau dont les murs sont garnis de
tapisseries d’Aubusson. Le mobilier, qui pastiche la Haute-Epoque (Moyen Age, Renaissance) est en bois sombre : grande table de style Renaissance espagnole, fauteuils de style Louis XIII, cabinets, crédence et coffres…

[1] Fils de l’architecte moulinois Jean Bélisaire Moreau, il réalisa également à Moulins, en pierre et brique polychrome, l’immeuble du
cercle bourbonnais en 1872 et l’immeuble de la caisse d’épargne en 1901 ; à Vichy, l’hôtel Thermal-Palace. [2] Ces décors au pochoir de motifs géométriques, végétaux
et animaliers sont dues à Auguste Sauroy qui a également réalisé le décor du théâtre et du Grand Café de Moulins.

Programme

Réhabilitation de la Maison Louis Mantin

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

431

Crédit photos

Bourdet - Voinchet

Date de mise à jour

01/09/2016