Maison manufacturée « MaMa » - Bègles

33130 Bègles

« Mama : Maison Manufacturée : maison intégralement réalisée en filière sèche hors dallage bas et fondations »

Investir une parcelle sans la couper de son environnement. Face à la multiplication des réhaussements des murets, certains résistent. Ils vont même jusqu’à casser leur bordure et y ménager une assise pour une mamie, à mi-chemin entre sa maison et son arrêt de bus.

Ouvrir les frontières, ça se joue aussi dans un banal tissu pavillonnaire de Bègles. L’agence au rez-de-chaussée, entièrement vitrée, assure à ses occupants distraction et connexion avec la vie ordinaire du quartier. Et des rencontres qui n’auraient jamais eu lieu derrière une clôture dense et dissuasive.

Ici, d’anciennes grandes parcelles occupées par des potagers ou des vergers sont redécoupées, densifiées, construites. La MaMa est de celle-là. Elle s’implante en léger recul sur la rue mais bord à bord, créant un front bâti à deux étages avec une transparence filtrée vers le jardin à l’arrière, une échappée visuelle vers le cœur d’ilot.

Sa vêture de tôle ondulée se poursuit naturellement à chaque angle dans un arrondi qui floute les limites du volume. Sous ce bardage, une ossature métallique et des panneaux industriels dont la longueur (6mètres) a déterminé la largeur de la maison. Son emprise au sol, grâce à la superposition des niveaux, demeure faible (60m²) au profit du jardin et de la libre infiltration des eaux pluviales.

A l’intérieur de la maison, la structure est d’une grande lisibilité (ossature : poutres, poteaux, tirants… et remplissage). Rien n’est entrepris afin de masquer quoi que soit, dans une démarche d’économie de moyens et de temps (seulement 12 semaines de chantier).

L’organisation spatiale conventionnelle est bouleversée, propulsant le séjour et la cuisine au 2ème étage, en liaison directe avec la toiture-terrasse accessible. La chambre et la salle de bain sont au-dessous, desservies par un escalier hélicoïdal quasi-central qui génère un palier, juxtaposé à la colonne technique traversant tous les niveaux. Les limites entres les pièces traversantes sont elles aussi gommées par le bandeau vitré toute longueur qui les unit. Cette grande transparence et cette fluidité des espaces correspondent à une manière d’habiter ; différente de celle dans des maisons aux pièces de vie davantage segmentées et isolées tant physiquement que phoniquement.

Tout comme l’orthogonalité du dessin des façades adoucit par les vagues de son enveloppe et par les rideaux « froufroutant » dans le vent.

 

Le site de l’agence…

Programme

Maison d’habitation et bureaux

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

135 m²

Coûts

120 000 € HT

Crédit photos

Jean-Christophe Garcia

Date de mise à jour

21/06/2018