Maisons bioclimatiques - Talant

21240 Talant

Architecture du XXe de la Côte d’Or

A l’origine du projet de Talant, trois commanditaires – dont un architecte qui exerce dans un cabinet situé dans la ville – désirent habiter des maisons bioclimatiques. A la recherche de terrains exposés plein sud, ils se rassemblent pour motiver la municipalité et unir leurs forces face aux promoteurs. Sensible aux questions d’économie d’énergie en architecture, le maire de Talant leur apporte son aide et parvient à faire modifier le POS pour qu’ils puissent investir le site d’anciennes carrières. Les démarches sont longues pour convaincre les élus et s’assurer de la constructibilité des parcelles. Trois maisons bioclimatiques presque identiques sont édifiées. Deux autres (les numéros 1 et 1bis) adoptent un parti architectural similaire mais ne présentent pas les dispositions qui permettent l’économie d’énergie des 3-7 avenue de la Citadelle. Au nord, côté rue, les élévations sont fermées ; le garage ménage une zone tampon qui isole les pièces à vivre (salon, salle à manger, cuisine). Celles-ci sont terminées par une véranda et profitent d’une exposition plein sud. Le terrain étant en pente, les chambres occupent le sous-sol et s’ouvrent sur la terrasse et le jardin. Sous la charpente en bois, le toit en béton facilite la conservation de la chaleur intérieure. La véranda permet de réguler la température du niveau supérieur : en hiver, cette dernière peut atteindre 30 degrés dans la serre laquelle, une fois ouverte sur les pièces de l’étage, permet d’obtenir une température d’une vingtaine de degrés dans la maison. En été, les rayons du soleil sont hauts et ne pénètrent pas le niveau inférieur de telle sorte que les chambres restent fraîches. En hiver, ils frappent des murs capteurs en béton peints en noir (dits murs trombe) et couverts d’un double vitrage : emmagasinée et contenue derrière le verre, la chaleur est restituée pendant six heures. Construites alors que les économies d’énergie motivent depuis peu de nombreuses recherches architecturales, ces maisons satisfont toujours autant leurs habitants 25 ans après le chantier.

 » Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008 « 

Types de réalisation

Année de réalisation

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

22/12/2016