Médiathèque - Chaponost

Place Georges Clémenceau, 69630 Chaponost

Ce programme de pôle culturel constitue la pièce maitresse d’un vaste projet de recomposition urbaine du bourg de Chaponost dont l’ambition est de « repolariser » la commune autour de son centre ancien. En effet, mairie, église, commerces, école, … tous ces lieux traditionnellement concentrés en un seul et même centre névralgique, cœur de l’animation urbaine, ont été ici disséminés au grès de contingences parfois déroutantes… — se souvient-on que cette commune de l’ouest lyonnais était desservie au début du siècle dernier par une infrastructure de tramway qui la reliait à Lyon, via Oullins, démantelée dans les années 40…

La médiathèque constitue le point d’orgue d’un vaste schéma directeur qui a vu aboutir à ce jour la requalification du parvis de l’église, l’aménagement du parking du centre et de la place du marché et le remaillage des liaisons douces avec le square de jeux, le parc public, le collège, et les hauteurs de la commune.

Les considérations patrimoniales ont largement orienté l’élaboration de ce schéma directeur d’aménagement, en particulier dans le choix de la conservation de la porte de l’enceinte fortifiée de l’ancien château médiéval et, à contrario, de la démolition d’une bâtisse du XIXème autrefois érigée à l’ouest de la place Clémenceau.

En outre, des contraintes topographiques fortes ont guidé le parti architectural de l’équipement, puisque plus de 5 mètres de dénivelé séparent le parvis de l’église de l’entrée du parc Boulard en aval.

En dépit de cette déclivité, le projet parvient à ménager un accès en pente douce depuis la place Clémenceau à l’ouest. Le cheminement s’étire le long de la façade Sud, surplombant la noue de recueil des eaux pluviales, évocation de l’ancien fossé du château autrefois alimenté par la source du Merdanson.

Depuis cette desserte, on devine le parking du personnel qui se glisse dans un semi-sous-sol adossé à la pente d’un côté et de plain pied avec le terrain naturel en aval de l’autre, apportant une lumière naturelle bienvenue dans ce type d’espace mais créant aussi de manière moins flatteuse, un rapport visuel direct entre le parc et les voitures stationnées.

Enjambant la noue, dans l’axe du bâtiment, une large passerelle relie l’esplanade du marché et l’entrée de la médiathèque, générant à l’abord de l’entrée, un effet de seuil à l’image du pont levis qui autrefois franchissait par ici le fossé du château.

Côté nord, un autre accès dessert le bâtiment, depuis le sentier descendant du collège et la future école de musique.

Tous ces parcours convergent en direction d’un grand hall, à la fois cafétéria et petit lieu d’exposition, distribuant les différentes entités du programme et permettant de « trabouler » à travers le bâtiment.

A la croisée des chemins, ce hall articule tous les éléments du programme dans des entités distinctes : à l’ouest, la salle de spectacle-auditorium, à l’est la médiathèque proprement dite,  et les locaux administratifs et associatifs.

L’auditorium prend place dans un grand volume opaque, en béton matricé teinté dans la masse. Son esthétique massive s’oppose à la médiathèque qui, à l’opposé, dessine un front de place dans une écriture plus légère et transparente, composant avec le bois et le verre.

Il en résulte un effet de transition très réussi entre la minéralité de la place Clémenceau en amont, « côté ville », et les ambiances végétales en aval « côté parc ».

Au nord, les bureaux administratifs, la réserve de documents, les espaces techniques, et de futurs locaux associatifs s’organisent dans volume de métal plus ordinaire dont les abords extérieurs trahissent quelques difficultés de l’aménagement à s’adapter à une pente particulièrement chahutée de ce côté-ci de l’équipement.

Malgré son envergure, l’équipement parvient à offrir une « 5ème façade », à l’échelle des constructions du cœur de ville, pensée comme un assemblage de toitures distinctes répondant aux besoins des différentes fonctions intérieures : visibles depuis les rues qui surplombent le site, shed, toit en impluvium et mono-pan composent une silhouette animée avantageusement exempte de toute émergence technique.

A l’intérieur, la mise en œuvre de bois naturels d’origine européenne et de matériaux à faible émission de C.O.V. — revêtement minéral, sol en linoléum, parquet — témoignent de préoccupations environnementales fortes.

Les espaces frappent par leur très grand niveau d’éclairement naturel. Les façades sud et est entièrement ouvertes mais protégées du soleil par le débord de toiture ou des stores extérieurs, offrent, en périphérie du bâtiment, un apport de lumière directe et des vues sur la place et le parc. Ailleurs, la lumière zénithale nord, indirecte mais généreuse, pénètre par les grands sheds pour baigner de lumière, au cœur du bâtiment, des espaces plus intimes propices au travail et à la lecture.

Texte CAUE Rhône Métropole

Bâti Isolation n°21-22, p. 45, août-septembre 2015
Gautier + Conquet & associés – Cultures partagées – Architectures et paysages », ed. Archibooks, 207 p., 2013

Programme

Création d’un nouvel équipempent culturel comprenant une médiathèque avec un espace d’accueil et une salle de spectacle (auditorium), bureaux et réserve de documents, parking en sous-sol. Le projet est organisé en 4 pôles distincts:
– le pôle accueil
– le pôle médiathèque
– le pôle animation culturelle et artistique
– le pôle administration

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

1 280 m2 (surface de plancher)

Coûts

3 260 000 € HT

Documents

Crédit photos

Michel Denancé

Date de mise à jour

26/06/2018