Nouveau palais de justice - Caen

rue Dumont d'Urville, 14 000 Caen

Lauréat et Prix du public de la catégorie « Service public » du Palmarès de l’architecture et de l’aménagement du Calvados 2018. Cette réalisation a été primée pour la symbolique, pour la très belle intervention du report de la salle des pas perdus sur l’extérieur, pour la grande vue sur l’espace public et pour la simplicité et la lisibilité du bâtiment.

Grand Prix du Prix de l’architecture et de l’aménagement normand 2018 et Lauréat de la catégorie « Bâtiment de service public » du Prix de l’architecture et de l’aménagement normand 2018. Projet autant urbain qu’architectural, cet ouvrage a été primé une nouvelle fois pour la très bonne adéquation entre le bâtiment et sa fonction et son coût très raisonnable.

Le palais de justice se situe sur la presqu’île de Caen, au cœur de la ville. Le projet de l’agence Hauvette & associés repris par l’agence Baumschlager Eberle Architectes en association avec l’atelier d’architecture Pierre Champenois exprime avant tout l’importance de l’institution.

L’architecture et la justice se rencontrent ici dans leur élémentarité : sa géométrie simple pour l’une et son rôle essentiel à l’égard de la société pour l’autre. L’implantation du bâtiment met en valeur son environnement proche et contribue à créer un espace public protégé au sein d’une zone en mutation. En tant que représentation de l’institution judiciaire, le palais de justice doit afficher une symbolique architecturale forte. Clairement identifiable dans la ville, il doit être compris comme un bâtiment public majeur. Inspiré de l’archétype du temple grec, le corps du palais est un prisme à base carrée qui inscrit la représentation stable et autoritaire de l’institution judiciaire. Ses façades faites de fines colonnes en béton sont une abstraction du thème de la fenêtre au profit d‘une esthétique monumentale. Elles sont traitées à l‘identique pour affirmer l’impartialité de la justice.

La salle des pas perdus introduit une césure structurelle et symbolique qui, à travers la vue panoramique sur la ville, donne à voir l’image d’une justice ouverte et accueillante. L’activité publique du palais ainsi mise en lumière devient l’emblème du projet. En encorbellement sur le parvis, elle forme un grand auvent protecteur. A ce parti architectural résolument contemporain s’associent les enjeux du développement durable afin de conjuguer confort des utilisateurs et performance énergétique. C‘est par une double stratégie passive et active que le projet s‘assure de faibles consommations : une géométrie très compacte, une façade en double peau et un atrium bioclimatique permettent de réduire les déperditions tout en augmentant l’inertie thermique du bâtiment ; une pompe à chaleur à géothermie sur nappe d’eau souterraine offre chauffage et rafraîchissement. Les matériaux utilisés ont été sélectionnés notamment pour leur qualité sanitaire et leur entretien à faible impact environnemental. La lumière naturelle, le confort acoustique, la récupération des eaux de pluie, la ventilation naturelle de la salle des pas perdus et plus généralement la conception bioclimatique sont autant d’éléments qui permettent de répondre à ces enjeux d’importance.

(texte Baumschlager Eberle)

Interview de Pierre Champenois, architecte, Atelier Champenois Architecture, de Yannick Laurenty, Agence pour l’Immobilier de la justice et de Marie-Christine Leprince Nicolay, présidente du Palais de Justice pour le projet lauréat dans la catégorie Service Public : le nouveau Palais de Justice, situé à Caen.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

9 000 m2

Coûts

19 800 000 euros H.T.

Documents

Crédit photos

Baumschlager Eberle Architekten

Date de mise à jour

19/04/2019