La piscine tournesol - Saint-Florentin

Rue des Frères-Chignardet, 89600 Saint-Florentin

Architecture du XXe dans l’Yonne

Dans le cadre de la 3e loi programme (1971-1976), l’Etat entend développer le sport de masse et le rendre accessible à tous. Une politique d’industrialisation des équipements doit permettre d’atteindre cet objectif. A l’instar des «Mille Clubs» (voir p. ), le Secrétariat d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs lance l’opération «Mille piscines» pour tenter de résorber le manque d’établissements et améliorer l’apprentissage de la natation. Inauguré en 1976, le bassin de Saint-Florentin est l’un des 183 exemplaires de piscine Tournesol reproduits sur le territoire français, suite à un double concours d’idées organisé en 1969 au lendemain de la défaite française aux Jeux Olympiques.

Les architectes qui répondent au concours ont la possibilité de réfléchir à deux programmes distincts. Le premier porte sur un bassin sportif de 25 x 15 mètres équipé d’un tremplin, d’une pataugeoire… Il est destiné aux villes moyennes ou aux quartiers des grandes agglomérations. Le second concerne la conception d’une piscine pour les petites villes. Economique tant en terme de coût de réalisation que d’entretien, l’ouvrage doit pouvoir être ouvert l’été et complété ultérieurement par l’aménagement de bassins extérieurs. Cette deuxième solution doit favoriser la rentabilisation de l’établissement : utilisé durant l’année scolaire pour l’apprentissage de la natation, ce dernier devient un équipement de loisirs durant la saison estivale. Bernard Schoeller remporte les deux premiers prix du concours en formulant une proposition qui combine les deux programmes : la piscine Tournesol. Après une mise au point avec l’ingénieur Thémis Constantinidis, la société de construction Durafour et Matra Plastiques, les premiers exemplaires sont construits en 1973. Quatre mois suffisent à leur montage.
Ménagé dans les fondations en béton, un bassin de 25 x 10 mètres est couvert d’une coupole lavable en polyester d’un diamètre de 35 mètres. La coque est composée de 36 panneaux percés de hublots en plexiglas et montés sur une charpente métallique. L’ensemble des équipements (bassins, accueil, vestiaires…) est concentré sous cette bulle. Deux des panneaux sont mobiles et permettent une ouverture à 120° sur une plage extérieure. Actionnés par un moteur électrique, les deux pans glissent sur la partie fixe de la coupole de telle sorte que les hublots des différents panneaux se superposent. A l’intérieur, les cloisons moulées sont en polyester stratifié. Il appartient aux municipalités de choisir la couleur de la coupole et de ces panneaux.
En 1973, la préfecture de l’Yonne informe la ville de Saint-Florentin qu’une piscine Tournesol lui est attribuée. Les municipalités choisies doivent dès lors fournir un terrain, aménager les abords et prendre en charge le fonctionnement et l’entretien de l’équipement. L’établissement de Saint-Florentin ouvre ses portes le 19 juin 1976. D’une capacité maximale de 250 nageurs en hiver, il permet d’accueillir 350 baigneurs l’été grâce à sa façade escamotable. Deux piscines Tournesol ont été recensées dans l’Yonne, la seconde étant à Sens (voir p. ). Au moment de l’opération «Mille piscines», la durée de vie des équipements n’était pas une préoccupation : il fallait construire vite et pas cher. Aussi, les établissements qui n’ont pas été rénovés ont bien souvent été détruits. A Saint-Florentin, la conservation du guichet et des cloisons intérieures mérite d’être soulignée.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007- Éditions Picard –  2008


Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

03/11/2016