Pôle enfance - Bouvron

22 rue Jean-Louis Maillard, 44130 Bouvron

Prix du public dans le cadre de APERÇUS 2017 – Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Loire-Atlantique du CAUE 44.

Après un premier projet jugé inadapté, la commune initie en 2010 une nouvelle méthode de réflexion pour travailler sur le pôle enfance. Accompagnés du cabinet Wigwam Conseil, les élus mettent en place un Processus de Conception Intégré (PCI), démarche de concertation originaire du Canada. Par l’appropriation collective et l’échange de savoir-faire, une aventure humaine unique débute pour créer un équipement innovant, énergétiquement performant et au coût réduit. Réunis en ateliers, enfants, parents d’élèves, élus, architectes, paysagistes, psychosociologue, chauffeurs de cars, cuisinier, aides maternelles et thermicien vont questionner le programme et le faire évoluer. Ils décident d’agrandir l’école de 7 à 14 classes. Les locaux existants sont réhabilités, agrandis et en partie reconvertis en accueil périscolaire et de loisirs. Un bâtiment neuf est construit pour les 7 nouvelles classes. Les architectes l’assument, il ne s’agit pas ici d’une « architecture de revue qui parle d’elle-même ». Le projet ne se caractérise pas par des formes ou des matériaux exceptionnels, mais respecte un ancrage dans son environnement rural par son mode constructif, son volume et le soin apporté à ses espaces extérieurs. Sous une structure métallique de type hangar agricole, l’ossature bois non porteuse laisse libre l’aménagement intérieur. Le choix de matériaux écologiques et locaux se voit dans l’emploi de la terre crue issue du site pour des cloisons intérieures (mises en place grâce à des chantiers d’insertion) ou celui d’essences de bois de l’ouest de la France. Le pôle enfance se distingue également par ses espaces extérieurs : coin terrasse arboré pour le repos, bacs à jardiner, sols paillés d’écorces, abords dédiés au pré-pâturage pour les vaches, parking optimisé pour être aussi piste d’athlétisme, « bosquet-ball » ou mare pédagogique. Au-delà de l’implication des acteurs de ce projet, il faut souligner les efforts d’une commune engagée depuis 15 ans dans une démarche de développement durable. La démarche d’architecture participative utilisée ici, présentée à la Biennale internationale d’architecture de Venise en 2016, est une première en France pour un bâtiment public. Elle a séduit Frédéric Bonnet et Lucie Niney, commissaires de l’exposition française : « Dans le contexte réglementaire actuel, cette expérience est un miracle salutaire et l’on pressent le courage qu’il fallut mobiliser – architectes, mais aussi citoyens, élus et entreprises – pour résister à l’habitude » écrivent-ils dans leur manifeste « Nouvelles richesses ». (texte : CAUE 44)


Approche environnementale :

L’accent a été mis sur la construction d’une école saine et économe en énergie.

Afin d’améliorer la performance thermique et les coûts de construction, les surfaces neuves sont regroupées au maximum dans un bâtiment unique dont l’orientation est optimisée et l’isolation renforcée. La charpente métallique agit comme un parapluie et facilite, en la rendant indépendante, la réalisation de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe. Le test à l’étanchéité à l’air a montré que celle-ci est particulièrement efficace (q4 = 0,17 m3/h/m²) et permet ainsi de diminuer les besoins en énergie. Le chauffage est assuré par une chaufferie centrale au bois plaquette élagué sur la commune, source d’énergie locale et renouvelable.
L’ensemble de la nouvelle école ne consomme pas plus d’énergie que l’ancienne alors que la surface est plus que doublée. Le bâtiment neuf surpasse son objectif RT2012 de -50% et se conforme à la démarche HQE.

Les murs de l’école sont construits en matériaux biosourcés : ossature bois et remplissage en terre crue. La terre offre des qualités hygrométriques et thermiques remarquables. Le réemploi de celle-ci sur le site au lieu de l’évacuer participe à la limitation des déchets générés par le chantier.


Financement :

  • République Française
  • Loire-Atlantique
  • Région Pays de la Loire
  • Allocations familiales
  • Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME)


Bureau d’étude :
La Terre Ferme (paysagiste), Airéo Energies (BET fluide/thermique), Equipe Ingénierie (BET structure et économie construction), Itac ( BET acoustique)

 

http://www.latelier-belenfant-daubas-architectes.org

http://laterreferme.eu

Programme

Agrandissement de l’école publique (extension de l’école élémentaire et création d’un nouveau pôle maternelle), restructuration du restaurant scolaire, regroupement des accueils de loisirs et périscolaire
Contenu programmatique du nouveau pôle maternelle : 3 classes maternelle, 4 classes maternelle + passerelle élémentaire (CP), 2 dortoirs, salle de motricité, 3 ateliers, espace polyvalent, circulations avec plusieurs halls généreusement dimensionnés

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Nouveau pôle maternelle : 1380 m2 (surface habitable) - 1890 m2 (surface couverte) / Extension + préau : 292 m2 (surface habitable) - 512 m2 (surface couverte) / Restructuration de l'école existante : 1200 m2 (surface habitable)

Coûts

Coût total : 3 500 000 € (HT)

Crédit photos

Jean-François Mollière

Date de mise à jour

20/12/2017