Réaménagement du parc du château - Hardricourt

rue du château, 78250 Hardricourt

Le parc du château d’Hardricourt est perché à flanc de coteau, dominant de ses vues panoramiques la ville des Mureaux en contrebas et la vallée de la Seine dans toute son ampleur. Cerné de hauts murs, le parc offre une composition variée de prairies, de vergers, de boisements où abondent les arbres fruitiers et les arbres d’ornement. Il est situé en plein cœur de village, position stratégique entre le bourg ancien et ses extensions récentes, à proximité des écoles. La commune a acquis une grande propriété mitoyenne, pour y installer la nouvelle mairie, dont le réaménagement a été confié à la même agence. Le domaine est entièrement investi, le parc du château et le parc de la  mairie constituent un seul et même ensemble, homogène, en plein cœur du village. La revalorisation de cet espace ne peut s’affranchir du site dans lequel il s’inscrit. Les rapports au territoire du fleuve, sa position stratégique entre le bourg ancien et ses extensions récentes, sa proximité avec la mairie et les écoles, ont été autant privilégiés que les qualités intrinsèques du domaine. Le projet s’est donné comme objectif de conforter les qualités propres de ce domaine, en favorisant des interventions et des modes d’entretien minimalistes.
Un balcon sur la vallée de la Seine
Un long mur de soutènement délabré formant balcon a été rénové et dégagé de sa végétation. Il fait partie de la structure urbaine du village et offre aujourd’hui un magnifique point de vue vers la partie basse du parc, et dans le lointain sur le val de Seine. Face à ce balcon, un grand pré fermé sur trois côtés par de hauts murs peut accueillir des manifestations. C’est le seul espace du parc dégagé et peu accidenté. L’ouverture visuelle vers les contreforts du Vexin au Nord-Ouest, comme celle vers la vallée de la Seine, ont été volontairement ménagées en ne plantant aucun arbre. Un travail de révélation a permis de mettre en les différents espaces du parc, prairies, parc boisé, verger…. La partie autrefois dédiée à la culture des fruits a été confortée par un verger, dont la trame s’appuie sur le tracé orthogonal des murs et décrit quatre carrés. Les anciens murets qui servaient de soubassements à des serres ont permis d’installer des espaces plus intimes. Les arbres fruitiers variés ont été plantés ou conservés selon leur état. Profitant d’une parcelle étroite et longue, et d’un ancien escalier qui menait à la rue principale du village, située en contrebas, une venelle a été retracée, équipée d’une volée d’escaliers. Ce boyau à pente raide permet d’assurer la relation entre le centre du village, la mairie, et la poste tout en offrant une vue vers le coteau d’en face. Des travaux d’élagage et d’abattage ont été réalisés afin de limiter la dégradation des ouvrages. De plus, des maçonneries anciennes ont été remises en état sur le même mode constructif que l’existant (moellons de pierres calcaires, joint à pierre à vue à la chaux,…). Le cheminement à travers les multiples espaces du parc se fait par plusieurs allées de nature différente. Afin de lier le parc avec son contexte, une sente permet de le relier à la rue de la Chantereine ainsi qu’à l’école. De plus, l’aménagement d’une aire de jeu « sur mesure » donne la possibilité aux petits comme aux grands de s’approprier ce parc. Pour faciliter l’accès, une aire de stationnement a été créée de façon discrète en gravillons et pavés de grès non jointoyés installée dans l’un des quatre carrés du jardin fruitier initial. Le parc a été agrémenté par diverses plantations (arbres tiges, plantes vivaces) ainsi que par la pose de mobilier urbain.
En s’ouvrant au public, ce domaine modifie les pratiques quotidiennes du village, donne à voir de nouveaux paysages, offre de nouvelles commodités aux habitants. Il réaffirme l’ancrage urbain du village dans son site.
Une relation de confiance entre le maître d’œuvre et la commune a permis d’engager cette dernière dans un projet ambitieux à l’échelle de cette commune modeste (2127 habitants en 2012), et dans une démarche de qualité. Le CAUE 78 a accompagné la commune sur l’ensemble de ce projet.

Ce projet a été lauréat en 2004 du concours départemental d’architecture et de paysage des Yvelines organisé par le CAUE 78. 

Archiscopie n°28, 07/2003 (article d’Anne DERMERLE-GOT)

Programme

Réhabilitation d’un parc du XIXème siècle en vue de son ouverture au public (en 4 phases)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

Parc du château : 45.000 m2 + Parc de la mairie : 15 000 m2

Coûts

382 000 € ( HT, 1ère phase) ; coût total : 764 000 € (HT)

Crédit photos

A Ciel Ouvert, atelier des paysages quotidiens (paysagistes) , Alexandre Petzold (photgraphe)

Date de mise à jour

05/08/2013