Résidence de logement Ilôt Marcel Andréas à Stains - STAINS

93240 STAINS

Jardin Habité
L’ancien tracé reliant Paris à Sarcelles, ici avenue Aristide Briand, raconte l’histoire de la ville. Il longe la cité jardin, le centre ancien et le tissu pavillonnaire gagné sur les terres maraichères.
L’ilot Marcel Andréas, tête de pont du grand quartier pavillonnaire de l’Avenir, tournée vers le centre-ville, met en relation, cet axe structurant, les terrains de sports et le cimetière.
Dans un contexte de pavillons et de petits immeubles, la barre pliée des années 60/70 « les Guignetières », implantée au nord de l’îlot, domine le quartier.

Rassembler différentes manières d’habiter
L’angle Sud-Ouest accroche la volumétrie du bâtiment collectif avec celle plus basse et découpée des logements intermédiaires (duplex superposés) situés rue Dewaele et rue Rolnikas qui s’étagent le long de la pente.
La plateforme existante le long de la rue Rolnikas est utilisée pour caler en coupe la superposition d’un duplex montant sur un duplex descendant installé dans la pente.
La volumétrie sur la rue est donc limitée à du R+2 en accord avec la volonté du programme de trouver dans le haut du terrain l’épannelage le plus bas.
La déclinaison volumétrique qui va du logement collectif à de l’individuel superposé permet de réunir autour d’un espace collectif partagé plusieurs manières d’habiter.
Principe de fonctionnement et de répartition des logements
Les logements collectifs sont desservis au travers d’un porche traversant, ouvrant le jardin sur l’avenue. Les logements intermédiaires sont majoritairement desservis directement depuis les rues ou par des escaliers.
Conformément aux demandes du programme, les grands logements sont situés majoritairement dans les duplex et à rez-de-chaussée du bâtiment collectif.
La totalité des logements intermédiaires ainsi qu’une majorité de logements situés dans le bâtiment collectif sont proposés avec des prolongements extérieurs sur le cœur de l’ilot.

Architecture et matériaux
A proximité de la cité jardin *, l’écriture architecturale s’attache à proposer des détails et mises en œuvre de qualité à partir d’éléments de modénatures simples et en nombre volontairement limité. Le parement de terre cuite de couleur blanche adoucit par sa vibration la simplicité des lignes. Sa luminosité apporte de la légèreté. Les baies sont de grande taille. Un mur en gabion délimite le parking et traite le rez-de-chaussée sur jardin.
*La Cité-jardin de Stains fut construite entre 1921 et 1933 par les architectes Eugène Gonnot et Georges Albenque, sur le parc de l’ancien château.

Programme

73 logements sociaux et un local du secours populaire

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

6 764 m² (SHON)

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

Takuji Shimmura

Date de mise à jour

31/07/2018