Restauration de l’église et de la place du bourg - Huêtre

45520 Huêtre

Qualité urbaine /d’insertion

La place est le cœur du bourg. C’est une respiration au sein de cet îlot dense, posé dans la vaste plaine de Beauce. La place existe parce qu’elle est tenue par les murs (presbytère) et les fronts bâtis (granges et belle mairie-école). Cette composition risquait de s’effilocher sur une de ses franges, où une maison vétuste et son jardin étaient voués à la démolition.

Les limites de la place avec les rues du Bourg et des Tilleuls sont redessinées (bordures affirmées, stationnements officialisés, muret reconstruit) pour confirmer ses proportions. Un nouveau cheminement redéfinit et prolonge l’allée de l’église, qui s’appuie sur un jardin linéaire et ses éléments construits (blocs de pierre), créant ainsi une nouvelle transition avec les espaces en devenir. Par un jeu de chicane, le parvis de l’église devient la pièce d’articulation entre les différents espaces (la place, l’emplacement de la future construction – aujourd’hui stationnement temporaire, et le chemin).

Le projet fait exister cette respiration, en restituant visuellement de la profondeur à la place par l’effacement d’une voie, en apportant une nouvelle transparence sur la marie-école et sur l’église par l’éclaircissement des plantations, en créant un dialogue avec les constructions vernaculaires à réhabiliter (granges, puits), et en retrouvant du ciel.

Qualité architecturale

L’église de Huêtre date pour les parties les plus anciennes du début du Moyen-Age. Un flou demeure sur les dates de construction de la structure originelle. Les textes évoquent à la fois le XIe, le XIIe et le XIIIe siècles. Les peintures à fresque, qui remontent à 1868, sont l’œuvre du curé de la paroisse, M. Carante.

L’église, orientée est ouest, est composée d’une nef unique, d’un chœur en continuité à trois pans coupés à l’est et d’une sacristie sur le flanc nord. Au droit du pignon haut du chœur, un petit clocheton charpenté vient couronner la partie sommitale. L’ensemble des voûtements est en plâtre et imite des voûtes en berceau brisé pour la nef et à nervures gothiques pour le choeur. Seul les entraits transversaux de la nef viennent rompre cette répétition architectonique.

Projet de restauration : Il s’agit d’une opération de gros entretien (maçonneries & pierre de taille, charpente, couverture, menuiseries et  vitrail) qui permet de reprendre les parties dégradées et d’inscrire l’église dans un projet plus vaste de mise en valeur du centre bourg. La principale modification concerne les édicules au sud qui ont été démolis. L’objectif est d’améliorer la gestion de cette partie d’édifice ainsi que sa perception. Enfin, le curetage de cet espace libère des surfaces qui pourront être mise à profit dans le cadre du projet de création de logements en réhabilitation.

Qualité(s) d’usage

Matin, midi et soir, au rythme des horaires de l’école, le chemin offre une alternative paisible à la rue en longeant le petit côté de la place et en traversant l’ancienne cour, jusqu’à l’arrêt de bus. Il est accompagné par les plantations colorées et  parfumées du jardin linéaire, alternativement au sud et au nord, et ponctué de bancs pour une pause face, ou dos au soleil. Le choix d’un parvis d’église presque plan, qui se termine par des marches pour faire obstacle aux véhicules sur un côté, améliore parallèlement l’accessibilité. Bipartite, cet espace prépare l’articulation avec le programme encore en gestation (salle communale ou mairie). Il est donc la charnière entre des espaces aux usages différents et pour partie encore à préciser.

L’espace de la place en pente douce s’agrandit pour accueillir les divers événements de la vie locale (mariages, enterrements, fête nationale) et occasionnellement plus de véhicules.

La trame arborée est recomposée avec deux fois moins d’arbres, au port naturel, pour retrouver de la lumière, une meilleure répartition de l’ombre, et un fond de ciel de Beauce.

Intérêt(s) spécifiques(s)

L’utilisation des mêmes matériaux pour la restauration de l’église et les extérieurs (pierre de Souppes, pierre de réemploi, enduits) renforce la cohérence du projet d’espace public avec le programme du monument.

Rôle du CAUE (démarche)

Ces aménagements ont été réalisés dans le cadre d’un financement 1% Paysage et Développement lié à la construction de l’autoroute A19. Dans le cadre d’une convention État-Arcour (concessionnaire)-CAUE, l’une des missions principales du CAUE a été de favoriser l’émergence de projets de qualité promouvant les valeurs paysagères des territoires traversés par l’autoroute, en lien avec la charte d’itinéraire de 2007, et veiller à la cohérence des projets présentés aux demandes de financement. En concertation avec la commune (maître d’ouvrage), le CAUE a aidé à l’élaboration du dossier de candidature pour l’obtention d’un financement d’études globales.

 

Programme

– Restauration des extérieurs de l’église (maçonneries et pierre de taille, charpente, couverture, menuiseries et  vitrail) et démolition des bâtiments accolés à l’église pour remise en valeur paysagère.

– Requalification des abords immédiats (embellissement de la place du bourg, gestion du stationnement sur la place) en conservant l’esprit rural du lieu.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

1500 m²

Coûts

Église : 484 000 euros (HT) / Abords : 172 380 euros (HT)

Documents

Crédit photos

CAUE du Loiret

Date de mise à jour

30/01/2019