Restructuration et extension du complexe du Théâtre National Populaire - VILLEURBANNE

8 place Dr Lazare Goujon, 69100 VILLEURBANNE

Le caractère hautement théâtral du quartier des Gratte-ciel de Villeurbanne a été conçu dans l’idée de mettre en scène la vie d’une cité moderne de l’entre-deux-guerres. La perspective monumentale qui structure les immeubles d’habitation conduit au cœur civique de la ville ; c’est-à-dire à son hôtel-de-ville et au Palais du Travail aujourd’hui Théâtre National Populaire, dessiné par l’architecte Môrice Leroux en 1933. Edifice multifonctionnel dès sa conception, le Palais du Travail se distingue par la rationalité et la sobriété de ses formes ainsi que la blancheur de ses murs. Son importance symbolique, culturelle et sociale rendait toute nouvelle intervention architecturale exigeante, induisant la pérennisation de son caractère et le renforcement de l’image théâtrale. La proposition de l’agence Fabre & Speller s’inscrit dans une volonté de restauration de l’architecture à travers la conception d’une nouvelle cage de scène comme un signe de continuité de la cité et le respect de la simplicité originelle des bâtiments. L’extension de l’équipement sur une nouvelle parcelle au sud (site Becker) est venue également confirmer la continuité spatiale des gratte-ciel tout autant que leur échelle urbaine. Les dispositions architecturales intérieures d’origine ont été restituées : le foyer traversant a été reconstitué ainsi que les distributions et le hall d’entrée. La grande salle a été entièrement recomposée pour assurer confort et visibilité aux 700 places disposées en rangées continues. Par la création d’une cage de scène complète, intégrant le volume de l’arrière-scène, le TNP dispose désormais d’un plateau utile de 30 x 13 (environ) de mur à mur. Cette nouvelle cage de scène élargie prend ses appuis au-delà des structures de la piscine – située en sous-sol – pour « l’enjamber » et ne pas perturber la construction existante. Le monte-camions (élévateur à usages particuliers) de 16 m x 4 m, accessible frontalement et latéralement, dessert directement le plateau, les dessous, le grand foyer cabaret, les réserves et le plateau de la salle Becker. S’ajoutent une petite salle de représentation en extension du foyer haut (l’ancien cabaret), un studio de travail complémentaire attenant à cette salle de répétition et un hall-foyer (niveau rez-de-chaussée) servant d’espace multifonctionnel : brasserie, cabaret, expositions, rencontres. Côté cour, sont implantés les ateliers et le stockage des décors, les dépôts lumière et les magasins des accessoires. Côté jardin, sont regroupés les locaux, loges et foyer des artistes, en lien avec l’accueil et les salles de travail. Une passerelle enjambe la cour est en liaison entre l’administration et les services. Les espaces administratifs, regroupés dans l’aile nord existante et déployés sur deux niveaux, sont contigus aux différents halls et foyers. L’extension du site sur la rue Becker a permis de construire un espace autonome de création rassemblant une salle modulable ainsi que des ateliers de répétition et de travail des artistes. Pour répondre aux contraintes d’urbanisme, la salle de 15 x 28 m est enterrée à -5,50 m, desservie par un foyer sur deux niveaux et une mezzanine. Cette disposition, associée à la composition axée du TNP, a permis d’aménager un foyer « vertical » de rencontre entre les artistes et le public (bar-foyer à rez-de-chaussée) desservi par un grand escalier public. La liaison entre les deux sites a été facilitée par un passage en sous-sol, reliant la salle enterrée au monte-remorque et aux réserves. L’intervention a permis de mettre en valeur le bâtiment « historique » tout en développant une architecture contemporaine qui paradoxalement entend s’en démarquer tout en prolongeant son caractère. L’ensemble de l’intervention s’inscrit dans une rigoureuse économie de moyens et de structure permettant de répondre à l’enveloppe budgétaire.

25 articles BDD presse

Delohen Pierre, « Mise en scène de la restructuration-extension du TNP », Le Moniteur des Travaux Publics n° 5322, 25 novembre 2005, p. 53

« TNP Villeurbanne, plus que jamais, « Théâtre », « National », « Populaire », Architecture Intérieure Cree, n°353, pp 114-119.

Programme

Restructuration complète et extension du Théâtre National Populaire : une grande salle Roger-Planchon de 700 places, un petit théâtre (salle Jean-Bouise) de 252 places, 4 salles de répétition dont 3 pouvant accueillir du public, une brasserie-cabaret de 145 places asssises et 300 debout.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

1 600 m2 (SHON)

Coûts

30 665 000 € TTC (hors honoraires)

Crédit photos

Jean-Pierre Peersman

Liens pages web

Date de mise à jour

10/04/2012