Sticky Finger, pôle social et culturel de Saint-Rambert - LYON 9E

Saint-Rambert - 4 rue Sylvain Simondan, 69009 LYON 9E

Le projet Sticky Fingers emprunte son nom à un des plus célèbre album du rock’n roll par comparaison littérale à sa forme de doigts collés. Sous l’apparente simplicité de trois lanières de bois posées sur un socle, cet équipement social, culturel et sportif tient compte des fortes contraintes liées à son implantation comme à son programme. Sur plus de deux mille mètres carrés, il regroupe une crèche, un dojo, une salle de musique et d’art plastique, une salle d’informatique, une MJC, un centre social et accueille des publics de tous âges. Le site se définit par une urbanisation hétérogène, formée majoritairement de logements et une topographie marquée par un très fort dénivelé qui justifie l’existence de grands murs de soutènement en pierre, typiques de ce paysage. Entre grandes propriétés bourgeoises et petits immeubles, le centre affiche une échelle urbaine modeste afin de s’insérer à un site de qualité. La disparition partielle des masses par un jeu de talus, l’enfouissement des grandes salles, le respect des vues, la recherche de liaisons sont autant de réponses qui prennent en compte l’environnement paysager. Le choix des matériaux – béton et bois – participe d’une même démarche d’intégration de même que la toiture végétalisée. A l’image d’un iceberg, le projet ne laisse apparaître qu’une petite partie de son programme, en témoigne la volonté d’épouser au mieux la pente et de respecter son environnement comme la nécessité d’enterrer les grandes salles d’activités pour ne laisser émerger que les petits volumes de bois. La lumière naturelle est apportée par de grands patios. Le socle est en béton lasuré de couleur sombre, rappelant les grands murs de pierre voisins. Il joue du contraste avec les trois boîtes de bois qui deviennent plus légères. Celles-ci sont dessinées en strates horizontales pour paraître encore plus affinées. La cinquième façade est un élément important de l’équipement, installé dans la pente et visible sous toutes ses faces dans le dénivelé. Le choix de juxtaposer les programmes plutôt que de les séparer a engendré un certain nombre de complexités liées à la gestion des flux, des vues, des entrées, des échanges. Au final, ce rapprochement crée une synergie tout en offrant un espace propre à chacun.

Le Progrès du 7 novembre 2013
Ehret Gabriel, « Un pôle sportif, culturel et social en un même lieu », Le Moniteur du 31 août 2012
« St-Rambert. Le futur pôle social et culturel dévoile son architecture », Le Progrès du 28 février 2008.
« Lyon 9e. La construction du pôle culturel de St-Rambert avance », Le Progrès du 10 juillet 2010
« Pôle social, culturel et sportif », AMC n°220, décembre 2012, p 247

Programme

Construction d’un équipement de proximité dans le secteur de la Cité Edouard Herriot qui accueillera le centre social et sa crèche de 40 berceaux, ainsi que la MJC et une salle polyvalente qui pourra recevoir 80 personnes. Les locaux se répartissent sur 3 niveaux : le sous-sol accueille le dojo, les vestiaires, 2 salles de musique insonorisées et une salle multimedia et la salle polyvalente. La crèche occupe l’aile en rez-de-chaussée;

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

2 380 m2 (SHON)

Crédit photos

Erick Saillet

Date de mise à jour

24/01/2014