Surélévation d’une maison (78) - Buc

78530 Buc

Le contexte

La maison existante se situe a proximité de Versailles, dans une zone pavillonnaire où l’on peut retrouver de multiple extensions. La zone étant soumise a une forte pression foncière, les habitants cherchent pour la plupart a agrandir leurs habitations.

Une maison adossée à la pente

Le projet vise à créer une surélévation d’une modeste bâtisse rurale. Mono-orientée vers un jardin, l’accès principal se faisait par le bas alors que la rue haute n’était pas créée. Depuis la rue haute, la maison en contrebas reste peu visible aux yeux des passants ou des voisins, mis a part la clôture qui respecte l’alignement. Elle bénéficie d’un accès piéton direct depuis cette rue haute ainsi que d’un autre accès depuis la partie basse. D’une longueur de 50 mètres, l’accès bas traverse la parcelle depuis la rue.

La maison est de plain-pied sur le jardin et adossée au talus. Elle a déjà fait l’objet d’une petite extension située dans le prolongement de la maison mais légèrement plus large et plus haute. Les travaux on consisté a ajouter un étage supplémentaire permettant un nouvel escalier extérieur qui dessert la maison et le jardin depuis la rue haute. Un palier intermédiaire remplace une partie de la toiture existante, fait office de terrasse et s’ouvre au sud-est sur le paysage et les coteaux boisés. Il dessert l’étage de la maison ou le jardin par l’escalier extérieur.

Niveaux, accès et cheminements

Le rez-de-chaussée, imbriqué dans la pente, s’ouvre quant a lui uniquement a l’est sur le jardin. Une ouverture a été créée sous l’escalier extérieur d’accès (côté sud) pour permettre l’éclairage et la ventilation de la salle de bain.
L’étage est le niveau intermédiaire matérialisé par un palier-terrasse qui s’ouvre vers le paysage. Il permet, soit d’accéder dans la maison au niveau des chambres, soit de continuer vers le jardin et le rez-de-chaussée. Le cheminement intérieur reproduit le cheminement extérieur : de l’étage, via un palier ouvert sur le rez-de-chaussée et qui dessert les chambres, un escalier descend au séjour/repas.

L’extérieur est habillé d’un bardage qui est constitué de lamelles horizontales en bois massif. Elles sont installées avec différents écarts entre elles afin d’alléger l’aspect visuel. Ce dispositif laisse pénétrer la lumière naturelle devant les percements.

L’architecte qui a dessiné et donné vie a ce projet a été mandaté jusqu’à la déclaration préalable.  Puis il a réalisé le suivi, la qualité architecturale / conseil architectural pendant le chantier. Le propriétaire, étant ingénieur de formation, s’est investi d’avantage dans la construction. Il a dessiné les plans de détails et a assumé lui-même les travaux de second-œuvre.

Le conseil du CAUE

Le propriétaire s’est orienté vers le CAUE lors d’une permanence. Il espérait y trouver l’aide nécessaire pour échafauder un dossier de déclaration de travaux recevable par la commune. L’équipe du CAUE 78 a su conforter le propriétaire et soutenir le projet auprès de la commune. Cette dernière a remis en cause l’insertion du projet dans son environnement, particulièrement  à cause de l’emploi d’un bardage bois. Ce dernier étant jugé comme une approche trop contemporaine. La présence et le dialogue établi par le CAUE a facilité l’approbation du projet.

Ce projet a fait l’objet d’un accompagnement et d’un conseil donné par du CAUE en 2012. Il a donné lieu à la rédaction d’un retour d’expérience sous forme de cahier.

https://www.caue78.fr/conseiller-les-particuliers

Programme

Réaménagement de la partie existante:
Séjour avec cuisine ouverte sur la salle à manger, une chambre et une salle d’eau
Extension B (1er étage):
– création de deux chambres, une salle d’eau et une terrasse.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

Maison existente : 80 m2 Extension: 29 m2 + 25 m2 terrasse

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

© CAUE 78

Date de mise à jour

07/10/2019