Usine SECO - Pontailler-sur-Saône

3 rue de l’Industrie, 21270 Pontailler-sur-Saône

Architecture du XXe de la Côte d’Or

Actuellement sans affectation.
Évoqué dans des revues d’architecture de 1966 et 1970, l’intérêt architectural – principalement structurel – de cette usine demeure encore perceptible malgré la désaffectation de l’établissement. Les éléments de façade en terre cuite et leur appareillage soigné confèrent une certaine noblesse au bâtiment industriel en même temps qu’ils évoquent directement l’activité de l’entreprise. Un dialogue entre le maître d’ouvrage et les concepteurs a permis la recherche et l’application de solutions adaptées au projet, tant en termes de coût que de performances structurelles. A l’image des techniques et du matériel de fabrication utilisés sur le site, l’architecture use de solutions évoluées.
L’usine de produits de terre cuite de Pontailler-sur-Saône a été créée pour répondre aux besoins de la région dijonnaise, laquelle était auparavant alimentée par des entreprises éloignées. Profitant d’une main d’œuvre disponible sur place, de gisements d’argile, de la proximité de Dijon et d’infrastructures efficaces, la société SECO a choisi un site bordé par la route et par la voie ferrée, en périphérie de cette petite ville proche du canal de la Marne à la Saône.
L’établissement compte 3 unités contiguës desservies par un accès situé au point haut du terrain : le hall de stockage et de préparation de l’argile, le pôle administration situé au centre et l’espace de fabrication. Au centre du parc, l’aire de stockage des produits finis se développe. En bas du terrain, se trouvent une seconde entrée et un pavillon de gardien. Cet accès est utilisé par la clientèle et les convois de produits finis. Le projet optimise la pente du terrain : la circulation de l’argile, dont l’approvisionnement s’effectue par le niveau supérieur, est facilitée par la gravité. La distribution des 3 unités est adaptée au processus de fabrication. Les bâtiments accueillent une chaîne continue qui assure successivement : la préparation de l’argile (mélange et trituration), son stockage pendant 2 à 3 semaines dans une fosse couverte, son étirage, son transfert dans un séchoir de 120 mètres de longueur, sa cuisson dans un four de 90 mètres, le conditionnement (mise en palette) des produits finis, puis leur transfert sur l’aire de stockage extérieure. La structure et la couverture des halles de stockage et de fabrication sont réalisées en acier, matériau choisi pour des raisons techniques et économiques. Les voûtes sont autoportantes et permettent ainsi de créer de grands volumes intérieurs dégagés au maximum de points d’appuis. Les béquilles extérieures qui les supportent sont traversées par les descentes d’eaux pluviales. Les murs réalisés en briques creuses brutes sont totalement indépendants de la structure métallique. Une ossature incluse dans la brique les rend auto-stables.

 » Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008 « 

Types de réalisation

Année de réalisation

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

23/12/2016