Affirmer le caractère rural du lieu par une architecture contemporain

46340 Salviac

Appréciant particulièrement l’environnement naturel et préservé du Lot, les propriétaires  souhaitaient y installer dans un premier temps une maison de vacances. L’acquisition d’un terrain de deux hectares à Salviac leur a permis aussi d’envisager à moyen terme un projet de vie permanent sur le territoire. A l’avenir, cette première construction sera utilisée en gîte rural puisque la taille de la parcelle est adaptée pour recevoir une future habitation principale comprenant un lieu de travail.

Les particuliers désiraient aussi construire une maison écologique qui reflète le caractère rural du lieu en s’affranchissant des références des fermes quercynoises. Travaillant tous les deux dans des métiers en lien avec l’architecture, ils ont conçu un volume simple et bioclimatique en matériaux naturels réinterprétant autant les volumes agricoles que les maisons bois contemporaines. Venant de Belgique, les propriétaires ont aussi souhaité travailler avec une personne ressource, un artisan motivé par leur projet, maitrisant les principes de la construction écologique, de l’ossature bois et de l’étanchéité à l’air. Leur confiance respective et la collaboration fructueuse avec l’entreprise MG Eco ont favorisé la réussite de ce projet, motivée par le soin du détail et la démarche environnementale.

Une implantation optimisant les contraintes du site  :
La maison est située sur un terrain orienté sud-est et présentant une pente de 11 %. La présence de bâtiments d’élevage sur les parcelles situées de l’autre côté de la route d’accès commande l’implantation puisqu’une distance de 100 mètres doit être respectée entre les annexes agricoles et l’habitat. Ainsi, la maison s’installe perpendiculairement à la pente et s’ouvre largement sur le paysage. Le long de la façade sud-est, une terrasse en robinier prolonge les pièces de vie. Il est prévu de creuser une piscine en contrebas et de créer de petits murets de soutènement dans un jeu de demi-niveaux pour se rapprocher de la pente naturelle du site en évitant les remblais et l’évacuation des terres.

Une architecture bioclimatique sobre et élégante
Située dans un environnement naturel très faiblement urbanisé, la maison traduit la rusticité du lieu par une architecture contemporaine élémentaire. Un seul volume abrite toutes les fonctions de l’habitat et une toiture à deux pans inclinés à 45° coiffe l’ensemble. L’ensemble des parements extérieurs est habillé par un bardage en mélèze.

Si la façade nord-ouest est ouverte au minimum, les grandes surfaces vitrées au sud permettent d’optimiser les apports solaires et de s’ouvrir largement sur les paysages de la Bouriane. Les ouvertures sont protégées par des volets coulissants ajourés afin d’éviter les surchauffes estivales. Lorsqu’ils sont fermés, la maison retrouve son caractère d’annexe agricole.

Le choix de la laine de bois (qui présente un bon temps de déphasage*) et l’épaisseur conséquente en toiture limitent grandement l’inconfort en été. En utilisant judicieusement les volets ajourés au cours de la journée, même les pièces dans les combles restent fraiches. La forte implication de l’entreprise lors de la réalisation de la maison a garanti un niveau d’étanchéité à l’air (0,22 m3/h/m2) inférieure à la RT 2012 et proche des normes de la maison passive. Enfin, le logement sera équipé du poêle à bois dans le séjour pour un usage hivernal intermittent.

Procédés constructifs :

Murs :
Ossature bois en pin douglas et isolation en laine de bois. Frein-vapeur, gaine technique et plaque de fermacell côté intérieur. Fibre de bois haute densité en pare pluie côté extérieur. Bardage vertical avec couvre-joint en mélèze.

Toiture :
Panne faitière en lamellé-collé entre les murs pignons et fermes avec entrait retroussé en pin douglas dans le volume principal. Isolation par 30 cm de laine de bois. Frein-vapeur pour l’étanchéité à l’air et voligeage simplement déligné en pin douglas en rampant côté intérieur. Couverture bois par voliges et couvre-joints en mélèze avec chéneau encastré.

 

Volet environnemental
Utilisation de matériaux naturels et écologiques : bois non traité pour l’ossature  et le bardage (classe 3), en robinier (classe 4) pour la terrasse, isolation écologique en laine de bois…).
Limitation de l’impact de la construction dans son implantation (terrasses successives composées avec la pente, imperméabilisation très limitée de la parcelle) et dans le paysage rural (volume simple puisant sur des références agricoles).
Conception bioclimatique, performance de l’enveloppe par une excellente étanchéité à l’air, bon confort d’été. Maitrise énergétique et simplicité des équipements adaptés avec l’usage intermittent de l’habitat pour le renouvellement d’air et le chauffage (ventilation mécanique répartie et poêle à bois).
Mise en place de volets ajourés en bois pour le confort d’été en laissant filtrer la lumière.

Volet économique, social et culturel
Forte implication de l’entreprise locale, confiance mutuelle pour limiter les aller-retour dans le Lot du maitre d’ouvrage (échange à distance sur le projet et lors du chantier).
Choix constructifs prévus pour être réalisés par des entreprises de proximité.
Chantier exemplaire servant de référence locale. L’espace info-énergie a organisé une démonstration de porte soufflante pour sensibiliser les entreprises et les particuliers du territoire à l’étanchéité à l’air.
Respect de l’identité du lieu au travers d’une architecture adaptée au site naturel.

Programme

Maison

Concepteur(s)
Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2013
Surface(s)
105 m²
Coûts
175 000 €
Crédit photos
Stéphanie Bodart - Mathieu Thiberville - Caue du Lot
Réalisation mise à jour / donnée
septembre 2022