Aménagement d’un site lié à l’aqueduc romain, création d’un espace de solidarité et de partage - Sernhac

Vallon d'Escaunes à Cantarelles, 30210 - Sernhac Sernhac

Lauréat du prix départemental du CAUE du Gard 2021, catégorie initiative citoyenne

Description du projet et méthodologie engagée (idée de départ, stratégie de mise en oeuvre….) :
Réhabilitation du travail paysan et réouverture d’un site de terrasses méditerranéennes. Le Vallon d’Escaunes à Cantarelles est un site d’une grande qualité environnementale, et tient une place importante dans l’approche culturelle de la romanité gardoise. Ici, les romains ont choisi de creuser la molasse calcaire pour que passe l’aqueduc, menant les eaux de la source de l’Eure à Uzès jusqu’à Nîmes. Lieu de carrières gauloises, puis romaines, carrières médiévales ensuite, poursuivies jusqu’à notre époque, le site présente de magnifiques fronts de taille. Un site modelé par les carriers, mais aussi par les paysans. Le cœur du Vallon, (environ 20 ha) façonné par l’homme à des fins agricoles et cultivé jusqu’au milieu du 20ème siècle, présente 15 à 20 étages de terrasses typiquement méditerranéennes soutenues par des murets de pierres sèches. Une première tranche de débroussaillage d’environ 3 hectares d’anciennes olivettes a été réalisée au cours de l’année 2018, ce qui révèle un site unique, en matière de terrasses méditerranéennes. Cette première tranche de débroussaillage a reçu le soutien financier de la Fondation Nationale du Crédit Agricole. Elle a tenu à marquer l’originalité de cette action qui honore le travail paysan.   Le caractère innovant principal, est le fait de donner du sens à l’appartenance à un territoire en permettant à des publics divers de se rencontrer, de se connaitre et d’échanger. Ainsi une cinquantaine de familles ont « adopté », avec l’accord des propriétaires, une terrasse d’oliviers (20 à 30 oliviers selon la taille de la parcelle), ces personnes s’engagent à l’entretenir et peuvent bénéficier, en contrepartie, de la récolte d’olives pour la fabrication d’huile (voir note en annexe : « adopter une olivette »). Cette action a permis de créer un espace de solidarité et de partage, tel annoncé au titre du dossier d’aménagement : « Un vallon : mille murets, mille solidarités ».

Points forts de la démarche :
L’objectif à été d’offrir un espace de vie et de partage à des publics divers de tout le département, familles, classes scolaires, associations sur l’environnement ou le handicap. Il s’agit de personnes de tout âge, certaines habitant en ville et n’ayant pas de jardin, intéressées par cet espace de loisir et la possibilité d’y cueillir les olives. Mais plus encore, c’est la possibilité de participer activement à un projet collectif, qui anime les

« adoptants ». Ainsi une démarche d’éco acteurs est en cours pour impliquer encore plus ce public dans l’animation du site : présence sur le site pour recevoir des groupes ou classes scolaires, animations sur les terrasses de l’aqueduc…

Freins au projet et précisions sur la manière dont ils ont été surmontés :
L’impératif de communication : Faire connaître cette expérience au plus grand nombre par des articles de presse, intervention dans les médias : Voir lien émission « carnets de campagne » France Inter, article de Midi Libre et vidéo par drone.

Evaluation des impacts positifs du projet sur l’environnement et la sensibilité écologique des citoyens :
Au-delà de l’aspect environnemental lié à la réouverture de ce site abandonné, la réalisation a permis des rencontres de personnes très différentes, de tout âge et de situation sociale très diverse. Sur le plan culturel, les rencontres que nous organisons sont très enrichissantes autour de thèmes simples comme la taille de l’olivier ou la reconstruction de murets, voire plus largement, l’animation du site. Nos efforts ont particulièrement cherché à raconter le passé du vallon et tout particulièrement le travail paysan pour modeler ce site. Offrons à nos enfants ce que nous avons de plus beau : ce vallon chargé de toute l’histoire : celle de l’humanité, celle de Sernhac !

Voir en PJ l’hommage paysan prononcé le samedi 16 juin 2018 à l’occasion de la remise du prix de la Fondation Nationale du Crédit Agricole.

Effets culturels et sociaux constatés (renforcement de l’autonomie des populations, liens intergénérationnels, réduction des inégalités, accessibilité pour tous…).
2021, l’aménagement se poursuit : A ce jour, 50 familles ou associations ont signé « un commodat » ou bail à usage à titre gratuit et entretiennent ainsi environ 40 terrasses d’oliviers. Des animations autour de la taille ou de greffage des oliviers sont organisées chaque année. Des chantiers de reconstruction de murets et de capitelles sont en cours. Ils sont réalisés par des bénévoles et encadrants techniques. L’association totalise actuellement 200 adhérents.

Programme

Carnets de camapagne-interview-Roland-Jonquet, Président de l’association

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

30000 m2

Coûts

113 200 €

Crédit photos

Roland Jonquet

Date de mise à jour

06/12/2021