« C’est en 2010 que le corps de ferme est réhabilité en maison d’habitation. En 2021, les propriétaires entament avec l’architecte Jean-Baptiste Frénove la création d’un bâtiment appelé ”la bibliothèque”. L’organisation du bâti sur la parcelle génère trois espaces qui fonctionnent de manière distincte : l’îlot central investi par un ensemble de terrasses suspendues, ainsi que deux jardins périphériques : “Les respirations du béton” au Nord et “La fontaine au lotus” au Sud.

Les respirations du béton

Au départ, faire émerger un jardin à cet endroit n’a rien d’une évidence : la cour est une dalle inerte et craquelée, en béton, vestige d’un temps où les vaches déambulaient avant d’entrer en salle de traite. (…)
Nous avons suivi les fissures existantes, ausculté les parties saines et écarté les morceaux de béton dégradés. Patiemment, il a fallu évider la matière pour faire émerger des terrasses ici, du stationnement là, et de grands pas japonais pour circuler entre. Un travail délicat réalisé à la tronçonneuse thermique, au marteau piqueur et à la barre à mine.
Dans les stigmates de ce terrain anthropisé, le sol se soulève grâce aux jardinières en acier Corten, se galbe pour offrir les profondeurs nécessaires à l’enracinement. (…)

Le jardin de la fontaine aux lotus

Au cœur de l’ancien corps de ferme, le soleil se pose sur l’îlot central : les terrasses sont surélevées en référence aux pontons de bois. Elles s’amarrent aux différents niveaux de la maison. Par l’extérieur, on passe d’une pièce à l’autre, des berges du salon aux rives du jardin. On découvre un marais idéalisé, mettant en scène un cortège de fleurs au milieu des roseaux et des graminées. (…)
Le modelé du terrain a été étudié de façon à maximiser la rétention d’eau dans le jardin. Son parcours est ralenti pour infuser dans le sol et activer la vie. Ainsi des noues plantées gardent la fraîcheur quand la ressource en eau se fait rare puis l’évacuent lentement vers un exutoire lorsque les sols sont saturés en eau. Les eaux pluviales récoltées sur le toit de la bibliothèque sont conduites vers une dépression qui permet l’infiltration tout en bénéficiant à une flore de zone humide.
Dans ce jardin, le silence se rompt parfois lorsque la fontaine s’active. L’eau jaillit du cuivre scellé dans le mur de pierre restauré. Le parfait reflet du cerisier s’évanouit dans les remous de surface.
En été, les lotus se dressent hors de l’eau pour exposer avec panache leurs fleurs en corymbes. (…) »
(Texte : Extraits d’un texte de Benjamin Péneau, lisible in extenso sur son site internet La Plume & le Sécateur)

Programme

Création d’un jardin de particulier :

  • faire de l’eau un principe actif du jardin
  • désimperméabiliser le sol pour générer de nouveaux écosystèmes
  • imaginer des compositions végétales variées, adaptées aux conditions de sol et de climat
Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2021
Surface(s)
1 200 m²
Coûts
96 000 € HT
Crédit photos
Benjamin Péneau
Distinction(s)
Mention spéciale du jury du CAUE et lauréat du Prix Loire-Atlantique développement à Aperçus 2023, Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Loire-Atlantique organisé par le CAUE de Loire-Atlantique
Réalisation mise à jour
juillet 2024
Array
(
    [lat] => 47.1817792
    [lng] => -1.8153191
    [zoom] => 12
    [markers] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [label] => 44640 Cheix-en-Retz, France Pays de la Loire
                    [default_label] => 44640 Cheix-en-Retz, France Pays de la Loire
                    [lat] => 47.1817292
                    [lng] => -1.815655
                    [geocode] => Array
                        (
                        )

                    [uuid] => marker_6605556aa69e9
                )

        )

    [address] => 44640 Cheix-en-Retz, France Pays de la Loire
    [layers] => Array
        (
            [0] => OpenStreetMap.Mapnik
        )

    [version] => 1.5.6
)