Auditorium - Dijon

11 boulevard de Verdun, 21000 Dijon

Architecture du XXe de la Côte d’Or

Maître d’œuvre d’un quartier de 12 hectares, l’îlot Boudronnée, Arquitectonica achève l’aménagement de la ZAC Clémenceau engagé dans les années 1960. La modernisation du palais des Expositions et la restructuration complète du palais des Congrès (édifiés par Roger-Martin Barade en 1955) s’accompagnent de la création d’un auditorium, d’immeubles de bureaux, d’un parking et d’un hôtel. La construction d’une salle destinée à la programmation de concerts, de représentations théâtrales, d’opéras ou de spectacles de danse avait déjà été prévue par la municipalité dans les années 1970 : inclus dans le projet du conservatoire, l’équipement aurait dû occuper une place centrale dans le quartier. Deux décennies plus tard, Arquitectonica dessine une nouvelle entrée de ville monumentale en concevant un imposant bâtiment-pont établi au-dessus du boulevard. Le projet est complété par d’autres tranches de travaux qui, bien qu’ajournées, ont récemment livré une cité des affaires (exécutée en 2007 par l’agence Nourrissat-Le Saulnier) et devraient prochainement offrir à la ZAC un nouvel hôtel.
A son ouverture, l’auditorium d’une capacité de 1600 places est salué par la presse spécialisée pour ses qualités d’acoustique et de scénographie. Désireuse d’un geste fort, la ville s’équipe d’un ouvrage caractéristique de la carrière de l’agence américaine basée à Miami. Refusant la notion de style malgré une écriture bien marquée, les deux maîtres d’Arquitectonica se considèrent comme des free-expressionnists et expliquent qu’ils usent de la manipulation des échelles, des oppositions de couleurs et de matériaux, et cela sans limites à des fins de communication graphique et pour susciter l’émotion. (Philippe Trétiack, «Le Style Arquitectonica», D’A, n°26, 1992, p. 43). Les juxtapositions de volumes aux géométries diverses de l’auditorium (bâtiment-pont, escalier en spirale massif), la multiplication des teintes et des matériaux (pierre agrafée, verre, acier) se font le reflet de la production quelque peu mégalomane de l’agence habituée à un rendu empreint de grands gestes architecturaux.

 » Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008 « 

Types de réalisation

Année de réalisation

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

23/12/2016