Carré des Arts - La Celle-Saint-Cloud

Rues Yves Levallois, , Vindé et Pescatore, 78170 La Celle-Saint-Cloud

Le quartier du bourg
Depuis 1971, une cité administrative fédère les neufs quartiers de la Celle-Saint-Cloud à partir d’une position centrale adaptée à la forte expansion urbaine de la commune à partir des années 1950-1960.
Plus au nord, le quartier historique du Bourg, et le site de l’ancienne mairie où se trouvent les locaux de l’association artistique le Carré des Arts dédiés à la sculpture et à la musique, s’organisent entre l’église et le « Petit Château » de la marquise de Pompadour, actuellement propriété du Ministère des Affaires étrangères.
La restructuration de l’îlot de l’ancienne mairie
Lauréate d’une consultation opposant trois concepteurs, l’agence d’architecture Adam Yedid signe le marché des travaux de l’îlot en 2005. L’équipement sera livré en 2011, sans interruption des activités artistiques. Il fédère autour d’une cour intérieure un pôle sculpture, une entité musique, et les locaux d’enseignement et d’encadrement restés dans l’ancienne mairie, bâtiment du XIXème siècle, dont la commune assurera ultérieurement la rénovation intérieure.
Pour l’architecte, l’enjeu à la fois architectural et urbain soulevé par le projet était l’insertion de fonctions contemporaines dans un tissu historique «dans la liberté et dans le dialogue». 
Cette recherche de dialogue et le nouveau programme à implanter ont entrainé un desserrement de l’îlot, obtenu par la démolition d’un ancien dispensaire, de locaux préfabriqués et d’une annexe menaçant ruine, ainsi que des logements faisant face à l’entrée du château.
Des vues sur la ville et le parc du château ont ainsi pu être cadrées depuis les ateliers et la cour, et le dispensaire être remplacé par une allée d’accès à l’auditorium le long du flanc Nord-Est de la mairie agrémenté d’une ouverture surplombant cette allée.
Devant le château, à la proue dessinée par les rue Levallois et Pescatore, et aux deux entrées ménagées rue Levallois, l’équipement s’articule à l’existant par un vide traité sous forme de cour, allée, ou passage.
A l’intérieur de l’îlot, le départ des garages municipaux qui en occupaient le cœur a permis d’organiser l’ouverture des différentes entités du programme sur la cour. Le mur reliant l’auditorium aux ateliers de sculpture dote celle-ci d’un fond de scène, qui contribue aussi à atténuer l’impact de la route départementale.
Dédiée au quotidien à l’accueil des enfants et de leurs parents, elle accueille plus exceptionnellement des manifestations en plein air, sur des gradins de bois prolongeant l’ancienne mairie d’une terrasse extérieure. 
Le traitement architectural du Carré des Arts
Si les volumétries fragmentées s’accordent avec celles du quartier, la liberté par rapport au contexte historique évoquée par l’architecte se lit dans l’enchainement fluide des salles d’activité artistique depuis la petite cour qui prolonge les ateliers de sculpture à la pointe de la composition jusqu’à celle qui fait le lien avec les grilles du château, sur laquelle s’ouvre une salle de percussion. On retrouve la modernité dans la conduite de la lumière à l’intérieur de volumes au traitement sobre (parois blanches sur sol béton gris, ..), qu’elle soit selon les besoins du programme en termes d’éclairement, de vue ou d’isolation acoustique, captée zénithalement ou par le biais d’ouvertures toute hauteur. Une toiture en cuivre pré-oxydé finit avec soin les nouveaux bâtiments, soin retrouvé en écho dans les plantations au pied du mur-fond de scène et dans la taille en nuages d’un conifère par les jardiniers municipaux.
Afin de résoudre les contraintes liée à l’accessibilité PMR (personne à mobilité réduite) des lieux, les entités ont été traitées comme 3 ERP distincts. Et même si une chaudière commune dispense dans les ateliers un chauffage à eau suspendu, l’organisation des locaux a été pensée en imaginant une éventuelle autonomisation des entités et des évolutions ultérieures de l’association.
Sollicité par la commune au moment de l’étude de définition initiatrice d’une série de projets, le CAUE 78 a accompagné l’équipe municipale, en particulier dans le choix de la maîtrise d’œuvre du Carré des Arts. Celle-ci a fait l’objet d’un MAPA (marché à procédure avec remise de prestations adaptées).
Le programme
Les locaux mis à disposition de l’association Carré des Arts par la commune comprennent :
– un pôle musique dont une salle de 70 places offrant plusieurs possibilités de configuration s’ouvre sur la cour, une salle de percussion et une salle dédiée à la musique assistée par ordinateur
– un pôle sculpture comprenant deux grands ateliers pour la taille et le modelage, ainsi qu’un espace d’exposition interne et une cour extérieure propre au pôle
– un parking de 7 places comprenant une place handicapée est accessible en partie basse du site en complément du parking de la rue Yves Levallois réaménagé par la commune
 – L’accessibilité PMR (Personne à Mobilité Réduite)
 Afin de résoudre au mieux les contraintes liées à l’accessibilité PMR (personne à mobilité réduite) des lieux, les entités ont été traitées comme 3 ERP (établissement recevant du public) de 5ème catégorie distincts : le pôle musique, le pôle sculpture et la cour, conformément aux trois opérations du contrat départemental (financement du conseil général des Yvelines). Il a surtout été prêté attention à l’accès d’une personne en fauteuil roulant, qui peut accéder à chaque entité depuis la rue. Mais de nouveaux aménagements sont à l’étude, afin d’améliorer la prise en compte d’autres formes de handicap.
Ce bâtiment a fait l’objet d’une fiche projet par le CAUE 78 (fiche à télécharger).

Programme

Auditorium, salles de musique, ateliers de sculpture et de dessin, aménagement de la cour avec gradins.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

675 m2 (SHON bâtiments)

Coûts

2 750 800 € (valeur 2011)

Crédit photos

CAUE 78

Date de mise à jour

05/08/2013