Connue du grand public pour son application en médecine avec l’IRM, la résonance magnétique nucléaire à très haut champ dispose désormais d’un bâtiment dédié à la recherche à Villeurbanne. Le bâtiment est composé de deux volumes rectangulaires imbriqués. Le premier, à dominante opaque, est construit de plain-pied. Il abrite d’un seul tenant la halle des spectromètres et les laboratoires. Le second, construit sur trois niveaux, est vitré et décollé du sol. Il intègre l’ensemble des fonctions du plateau technique destiné aux chercheurs (bureaux, salles de réunion, espace de repos, etc.). Cette configuration est rendue possible grâce à la réalisation d’un sous-sol, desservi par une rampe d’accès. La conception des locaux découle d’une attention particulière portée sur la souplesse et l’adaptabilité des usages. Ainsi, la priorité à été donnée aux surfaces disponibles pour les chercheurs et les équipements qui sont ici supérieures à celles prévues dans le programme. Ce choix confère une grande liberté d’aménagement aux locaux pour un surcoût relativement faible. L’application d’un procédé de construction en filière sèche a permis un gain de temps considérable permettant d’avancer la date de livraison du bâtiment. L’organisation conventionnelle du bureau avec ses espaces de travail individuels répartis de part et d’autre d’un couloir distributif a été repensée évitant le cloisonnement des espaces au profit d’un grand plateau en double hauteur. La qualité du volume et la diversité des ambiances sont renforcées par l’implantation de mezzanines en façades sud et nord avec des hauteurs sous plafonds standardisées qui autorisent, si nécessaire, la réalisation de cloisonnements vitrés habituels sur les deux niveaux. Une trame en poteaux-poutres lamellés collés permet une très grande liberté d’aménagement. Un soin particulier a été apporté à l’aménagement des espaces intérieurs. Constituée de grands portiques en lamellés collés et d’une ossature secondaire en bois, la halle des spectromètres est libérée de points porteurs en son centre. Trois plateformes, également réalisées en bois, donnent accès aux spectromètres principaux. La structure bois facilite également d’éventuelles extensions ou modifications du bâtiment dans une logique de développement durable.

Programme

Construction d’un centre de pointe près du campus universitaire de la Doua, le CRMN, qui devrait jouer un rôle majeur notamment dans le diagnostic médical précoce et la détection des cancers. Un équipement exceptionnel conçu pour accueillir chaque mois des dizaines de chercheurs du monde entier.

Année de réalisation
2008
Surface(s)
2 000 m²
Coûts
3 600 000 € HT
Crédit photos
Unanime Architectes
Réalisation mise à jour / donnée
septembre 2022