Centre équestre du Lac des Sapins

Le Bancillon, 69550 Cublize

La construction de ce centre équestre sous l’égide du syndicat mixte du Lac des sapins, complète l’offre touristique et de loisirs de ce vaste site naturel de Cublize. Loin des recettes toutes faites appliquée à ce type d’installation, les concepteurs en proposent ici une écriture architecturale singulière qui est la résultante des exigences fonctionnelle, économique et des enjeux d’insertion paysagère.

Toutes les installations nécessaires — un manège de 1800 m, 360 m² de box, des espaces de stockage pour le fourrage et le fumier et quelques locaux annexes — se glissent sous un seul et même volume de soixante mètres par trente-huit, épargnant ainsi le paysage naturel des effets du mitage que n’auraient pas manqué d’occasionner l’édification de plusieurs entités bâties distinctes.

Le terrain d’assiette étant par ailleurs situé dans le vallon en contrebas de la route et du parking des visiteurs, le bâtiment s’offre essentiellement au regard dans des vues en surplomb. Par conséquent, le travail sur l’enveloppe et en particulier le traitement de la couverture, constituait bien le principal enjeu d’insertion de cet édifice dans son site. En détournant un élément banal de l’environnement rural, à savoir la simple ganivelle de châtaignier habituellement utilisée pour les clôtures mais déroulée ici sur tout l’édifice, depuis le faîtage jusqu’en pied de façade, les architectes de l’agence Fabriques soulignent encore davantage l’unité architecturale du bâtiment.

Seul accident dans cette volumétrie épurée, un petit auvent au milieu de la façade signale l’entrée visiteur malgré un aspect un peu frêle qui peine à exister à l’échelle de l’énorme masse bâtie.

Si la ganivelle n’est pas précisément une spécialité du Beaujolais vert, cette utilisation fait sens dans un contexte de promotion du bois-construction dans le Beaujolais vert et en particulier de la ressource renouvelable du pin douglas local. Le principe de cette « sur-couverture », présente en outre d’autres avantages. Avec une économie de moyen exemplaire  — coût de matière première, de mise en œuvre et d’énergie grise — elle permet de dissimuler l’aspect ordinaire et parfois assez grossier du bac acier qui, dessous, doit assurer l’étanchéité de l’ouvrage. Elle assure par ailleurs un rôle de protection solaire contre la surchauffe de la toiture en période estivale grâce à l’effet d’ombrière qu’elle génère sur la tôle.

Les eaux de toitures sont judicieusement infiltrées directement sur place en pied de murs gouttereaux nord et sud via l’aménagement de noues pluviales. Si elles permettent ainsi à l’opération de faire l’économie des ouvrages de zinguerie (chéneaux et descentes EP), ces dernières auraient néanmoins gagnées à accueillir quelques végétaux adaptés. Plus généralement, on peut regretter l’absence d’un plan de végétalisation des abords immédiats du bâtiment dont les aménagements assez rudimentaires ne permettent pas aujourd’hui d’asseoir véritablement le bâtiment dans son site et en particulier de dissimuler des espaces moins valorisants de stockage et d’aires de manœuvre.

Néanmoins l’essentiel est là : l’homogénéité plastique de l’enveloppe, associée à la géométrie très simple du volume et à l’évidence d’une implantation tout en longueur dans le sens du vallon, confère à cet édifice une force architecturale à la mesure de ce paysage grandiose du lac des sapins.

Texte CAUE Rhône Métropole

Programme

Extension du centre équestre du Lac des Sapins consistant en la création d’un pôle couvert, comprenant des box et un manège.

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2015
Surface(s)
2 900 m² (SP)
Coûts
580 000 € TTC bâtiments et abords (Honoraires : 40 760 € HT)
Crédit photos
David Desaleux, photographe + Fabriques
Réalisation mise à jour
septembre 2022