OBS-41 et
PDR-25 : Pour reloger d’ urgence les habitants de la ville, gravement endommagée en 1944, le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme décide la construction d’ ne cité expérimentale à l’ emplacement d’ une zone de jardins potagers au lieu-dit le Merlan. Elle est inaugurée en juillet 1946 à l’ occasion de l’ Exposition Internationale de la Reconstruction. L’ensemble comprenait 56 pavillons dont 45 sont toujours en place. Doté d’un centre ferroviaire de triage important, Noisy-le-Sec subit en avril 1944, les bombardements alliés destinés à neutraliser ces installations en vue du débarquement qui s’annonce imminent. Suivent 5 mois plus tard les allemands, qui par leur raids aériens achèvent de faire de cette ville le lieu le plus sinistré du département. Au lendemain de la libération, Raoul Dautry nommé Ministre de la reconstruction et de l’urbanisme, met en oeuvre plusieurs chantiers expérimentaux destinés au relogement des sinistrés. Cette démarche qui répond à un besoin urgent, se veut en même temps novatrice ; l’industrialisation des procédés de construction doit permettre la production à grande échelle et à bas prix de logements confortables, dans des conditions de réalisation optimales (délais très courts, montage sur site sans main d’oeuvre qualifiée). Une zone de jardins potagers, située à l’est de la ville entre le hameau du Merlan et la RN 186 accueille dès 1946 la cité-jardin expérimentale de Merlan, qui constitue l’un des premiers chantiers de ce type ouverts à l’occasion de l’exposition internationale de la reconstruction (en juillet 1946 à la gare des Invalides).

Documents
(3.3 Mo)
Programme

56 pavillons dont 45 sont toujours en place

Concepteur(s)
Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
1946
Surface(s)
Non communiqué
Coûts
Non communiqué
Crédit photos
Marie-Françoise LABORDE et CAUE 93
Réalisation mise à jour / donnée
septembre 2022