Architecture du XXe en Saône-et-Loire

Le complexe est établi à proximité immédiate du Parc des Expos et du boulodrome. Equipé non seulement d’une salle omnisport et d’un gymnase d’échauffement, mais aussi d’espaces dédiés à la réception, aux conférences et aux relations avec la presse, il apparaît comme un complément favorable au développement d’un tourisme d’affaires, des manifestations sportives, des salons et congrès.

Le Colisée est l’œuvre d’un architecte qui aime les formes simples, les projets au matériau unique, les monochromies discrètes pour une meilleure intégration de ses réalisations à la ville. L’architecture sobre du complexe sportif est d’une grande lisibilité: un cylindre et un parallélépipède en béton gris sont séparés par un cheminement poursuivi en passerelle. La rotonde est occupée par l’arène dont la capacité d’accueil de 4500 places assises est modulable selon le type de rencontre : les tribunes peuvent se replier pour s’adapter aux dimensions du terrain. L’ensemble des gradins est desservi par une galerie périphérique vitrée.

Monté à sec à partir d’un nombre restreint d’éléments, l’édifice est constitué de poutres et de panneaux en béton préfabriqué boulonnés à la charpente en acier. La couverture conique de la salle omnisport est assurée par une charpente dite en « roue de bicyclette » conçue par l’ingénieur Marc Malinowsky. Cette structure composée de deux couches de poutres-rayons offre une résistance particulière aux efforts tant verticaux que latéraux. Au moment de son inauguration en septembre 2001, le Colisée offre à ce type de charpente une échelle encore inégalée en France, soit 66 mètres de diamètre.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1983-2007- Éditions Picard –  2008

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2001
Surface(s)
Non communiqué
Coûts
Non communiqué
Crédit photos
CAUE 71
Réalisation mise à jour
septembre 2022