École primaire Champagne Saint-Nicolas - Beaune

Rue des Glycines, 21200 Beaune

Architecture du XXe en Côte d’Or

Seules deux des trois tranches prévues ont été réalisée, dans un délai très court (5 mois) : elles comprennent 6 salles de classe, ainsi que les logements de fonction. La rapidité du chantier met en évidence l’originalité du parti constructif adopté, et renvoie à une période importante de l’industrialisation du bâtiment. Dans les documents d’époque, la SNCI, concepteur et réalisateur du projet, dit être «la gérante libre de l’activité des sociétés GEEP et GEEP-Industries». La liquidation de GEEP-Industries en 1971 marqua la fin d’une société dont le rôle fut essentiel dans la diffusion de procédés industriels de constructions. Créée par Paul Chaslin en 1959, GEEP-Industries fournit à un moment opportun des solutions standardisées, notamment dans le domaine de l’architecture scolaire où les besoins étaient considérables. Au départ bureau d’études, le Groupement d’Etudes et d’Entreprises Parisiennes devint une entreprise générale de construction qui possédait des usines afin de fabriquer ses propres composants, et travaillait en lien avec les principales entreprises du verre et de l’aluminium. L’école de Beaune incarne donc la performance de ces principes constructifs : les poteaux rejetés hors du bâtiment sont réalisés à partir de profilés laminés du commerce ; sur des poutres porteuses, les planchers prennent appui sur des nappes en treillis ; les panneaux de façade (allèges sandwich ou vitrés) constituent un mur-rideau, et viennent s’insérer entre les poutres laissées apparentes. La préservation de l’aspect d’origine fait de ce bâtiment une illustration remarquable de ce moment clé de l’architecture française.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007- Éditions Picard –  2008

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

20/10/2016