Ecole supérieure des arts et médias (E.S.A.M.) - Caen

17 cours Caffarelli, 14000 Caen

Mention spéciale au Palmarès de l’architecture et de l’aménagement du Calvados 2010 et prix du public – Catégorie : Ecoles, crèches, collèges, restaurants scolaires Implantée dans le quartier de la presqu’île portuaire, le bâtiment s’organise autour de quatre cours paysagées, dont la première est couverte, qui laissent entrer la nature dans l’école. L’édifice est recouvert d’un bardage bois de châtaignier. Le projet propose en façade sur l’esplanade un « paravent végétal » qui unifie toute la longueur de la façade et, en même temps, permet toute sorte de réglages dans l’intimité de la vie du bâtiment (cadrage, occultation, ouverture,…). Derrière ce grand paravent, quatre cours paysagées. Une de ces cours est fermée sous une verrière et offre l’espace pour le hall d’accueil et la cafétéria de toute l’école, les trois autres forment des jardins à ciel ouvert. Le projet est fermé à l’Est par un grand mur de béton blanc, tourné à l’ouest au travers du dispositif de paravent végétal, et ouvert sur le ciel par le cadrage des cours. La grande compacité du programme et l’exiguïté relative de la parcelle d’implantation ont obligé à rechercher un parti très dense où les cours ouvertes se développent sur un socle dense. Cette disposition crée les conditions de développement d’un véritable effet de parvis gradiné qui annonce l’entrée de l’école et met de fait les jardins intérieurs en loggia au-dessus de la rue… De ce socle émergent cinq bâtiments en peigne ouverts au Nord sur chaque cour. Le dispositif en cours-jardins en belvédère derrière les lames de paravent, permet la constitution de paysages intérieurs protégés cadrant à volonté sur la ville des vues privilégiées, et se coupant visuellement de telle ou telle perspective. Le projet se compose comme la superposition de deux couches : une couche architecturale sobre et stable, et une couche paysagère plus mouvante, qui semble envahir l’architecture et l’ancre dans le paysage de la Ville. Depuis l’intérieur, la perspective change, les arbres occupent l’espace visuel et les lames monumentales du paravent cadrent des vues verticales choisies vers tel ou tel point de l’espace urbain. L’écriture architecturale simple et épurée est organisée autour de l’échelle et du caractère rustique et paisible des jardins intérieurs. Les matériaux de référence du projet sont : – La pierre calcaire reconstituée pour les sols des cours, certains murs et les détails de maçonnerie. – Le bois de châtaigner, pour les remplissages acier et bois des écrans de la treille-paravent (clin de châtaigner) et des paravents de la façade arrière ainsi que pour les deux portails d’accès à la voie de desserte. – L’acier peint pour les structures des écrans de la treille-paravent et l’ossature des verrières. – La peinture micacée des structures acier de teinte gris coloré (RAL 7006). – L’aluminium laqué pour les menuiseries extérieures (RAL 7006). – Le zinc pré-patiné pour la couverture du grand « paravent treille ». – Le béton de site à base de béton gris clair et de fines calcaires permettant de s’approcher en teinte de la couleur de la pierre de Caen. – Le verre clair pour l’ensemble des vitrages et des verrières horizontales et verticales. Le programme d’une surface totale de 11 500 m2 de Shon regroupe : – Des ateliers courants, espaces de vie des étudiants. – Des ateliers d’arts graphiques : Dessin, Estampe, Gravure, Sérigraphie, Lithographie, Imprimerie. – Des ateliers de sculpture : Terre, Céramique, Fer, Bois, Matériaux composites. – Des ateliers multimédia : Informatique, vidéo, sons. – Un studio vidéo, un studio son et un auditorium. – Une bibliothèque spécialisée en arts. (commentaire MILOU Jean-François, architecte)

Année de réalisation

Surface(s)

11 500 m2

Coûts

21 276 296 euros T.T.C.

Documents

Crédit photos

MILOU Jean-François, architecte

Date de mise à jour

08/09/2014