EHPAD « RESIDENCE JEANNE D’ARC » – ANCIEN HOPITAL LOCAL - JANVILLE

2 place Maurice Viollette, 28310 JANVILLE

Source : AD QUATIO architectes

« PRESENTATION DU PROJET :

Ce projet est issu d’un concours d’architecture réalisé en 2002 .

L’hôpital local, situé sur la commune de Janville, au coeur de la Beauce, se compose de 2 bâtiments  distincts : « La maison de retraite La Plaine » construit en1970 et « Le pavillon Jeanne d’Arc » bâti au 19°siècle.

L’opération consiste à restructurer la maison de retraite existante en créant une extension pour améliorer la prise en charge des 95 résidents et optimiser le travail du personnel.
Avant restructuration l’établissement comportait 95 lits dont de nombreuses chambres à 2 ou 3 lits dans le pavillon Jeanne d’Arc et 42 chambres de petites tailles (15 m2) dans le bâtiment La Plaine.
Le programme demandait la suppression des chambres à 2 ou 3 lits, la création de chambres à 1 lit d’une surface minimum de 20 m2 et la réalisation d’espaces de vie collective dont un restaurant, des boutiques, des locaux d’activités manuelles et corporelles et des locaux logistiques.

A terme, l’établissement conserve le nombre inchangé de 95 lits.

L’opération a été réalisée en site occupé avec 3 phases de travaux :
– Phase 1 en 2006-2007  : construction de l’Extension  (56 lits)
– Phase 2  en 2008 : restructuration du bâtiment La Plaine (39 lits)
– Phase 3 en 2009 : restructuration du pavillon Jeanne d’Arc (administration et locaux d’activités)

PARTI ARCHITECTURAL :

– La première phase du projet a consisté à réaliser une extension en angle pour relier l’ancienne maison de retraite La Plaine et le pavillon Jeanne d’Arc. La nouvelle composition permet d’améliorer la fonctionnalité interne de cet ancien hôpital local.

L’enjeu du projet visait à  concevoir un bâtiment contemporain en « trait d’union » de 2 bâtiments aux architectures fort différentes : une bâtisse du 19°siècle et un bâtiment moderne construit en 1970.
Nous ne souhaitions pas imposer une nouvelle architecture mais plutôt développer une écriture de transition empruntant à la fois son vocabulaire au bâtiment La Plaine construit en 1970 avec un marquage du RDC vitré, placé en retrait, des fenêtres verticales et au pavillon Jeanne d’Arc plus classique, son jeu de toiture débordante.

L’Extension se compose de 3 niveaux sur sous-sol partiel. Sa hauteur de 9 mètres à l’égout, imposée par le PLU, est identique à celle du bâtiment La Plaine.
Le rez-de-chaussée, largement vitré, est placé en retrait des étages ; il dessine un soubassement en continuité visuelle avec celui du bâtiment La Plaine.

Le volume du nouveau bâtiment est composé de 2 écritures de façade différentes et complémentaires :
    
– la façade Ouest est traitée en enduit minéral blanc, rythmée par des bow-windows revêtus de bois. La sobriété du traitement et la nature du matériau choisi (identique aux 2 autres bâtiments) établit une homogénéité et facilite la transition entre les différentes constructions.

– A l’Est, le volume est revêtu d’un bardage bois en red-cédar (ne nécessitant pas d’entretien) assurant le lien paysager avec l’environnement boisé du parc existant. Cette façade est séquencée au 2° étage par des bow-windows en aluminium.

L’existence commune de volumes en encorbellement sur les 2 façades crée la complémentarité.  
Une légère brisure de la façade Est rompt la linéarité de l’ensemble.

Le dernier niveau est couronné par une toiture débordante en zinc pré-patiné de couleur ardoisée.

– Les 2 phases de travaux suivantes ont permis la restructuration lourde des 2 bâtiments existants.

– Dans la maison de retraite La Plaine, le principe de restructuration a permis avec 3 trames de chambres existantes de 15 M2 de créer 2 nouvelles chambres de 22 M2. De grandes ouvertures ont été réalisées dans les murs séparatifs en béton.
Ainsi 39 chambres ont pu être réalisées à la place des 42 chambres et du restaurant existant dans cet ancien bâtiment des années 70.

– Dans le pavillon Jeanne d’Arc la totalité des chambres a été supprimée pour laisser place
à l’administration (RDC) et à des locaux d’activités manuelles et corporelles (au 1°étage).
Les anciens planchers en bois ont été démolis et remplacés par des planchers en béton collaborants pour respecter les nouvelles surcharges liées aux activités de groupe.

Le dénivelé du terrain est mis à profit pour créer 2 accès de plain-pied :
– l’un correspondant à l’entrée de la maison de retraite existante : 138,80 NGF.
– l’autre : 136,10 NGF correspondant à la cour de service pour les livraisons (cuisine, poubelles..) situé en contre-bas du terrain, le long de la voie ferrée.

La déclivité du terrain permet de réaliser un sous-sol de plain pied avec la cour de service correspondant avec celui de la maison de retraite existante.
Le niveau de sous sol semi-enterré est traité avec un bardage métallique de teinte gris-argent.

Toutes les menuiseries extérieures sont en aluminium anodisé de teinte gris-argent.

Le rez-de-chaussée, ouvert sur le parc boisé, incite les personnes âgées à la promenade. Une grande partie des arbres existants est conservée.

Le parking pour le personnel (20 places),accessible depuis la place Maurice Viollette, se situe à l’arrière du bâtiment Jeanne d’Arc.

PARTI FONCTIONNEL :
    
Le RDC du bâtiment Jeanne d’Arc abrite l’accueil, l’administration et la salle de réunion.

Les espaces de vie collective sont situés au rez-de-chaussée de l’Extension et ouvrent de plain-pied sur le jardin.
Les boutiques (coiffure et esthétique) et le restaurant prennent naturellement place le long d’une rue intérieure. La salle à manger est prolongée sur le jardin par une grande terrasse extérieure.
Ces locaux sont avant tout des lieux d’échanges et de rencontres qui permettent de maintenir des liens sociaux et affectifs.

Une nouvelle cuisine est créée en continuité avec la salle à manger pour dispenser une restauration « maison » appréciée par les résidents.

Les lieux d’activités manuelles et corporelles sont regroupés au 1°étage du pavillon Jeanne d’Arc.

La chapelle existante du 19° siècle est conservée à son emplacement actuel dans le bâtiment Jeanne d’Arc.

La liaison créée au 1°étage vers le pavillon Jeanne d’arc facilite la fréquentation des espaces d’activités par les résidents.
Les planchers réalisés de plain-pied avec le bâtiment La Plaine accusent une différence de niveau avec le pavillon Jeanne d’arc (0,70M au RDC et 1,05 M au R+1). Il a été nécessaire de créer un ascenseur et un petit escalier à l’articulation des 2 bâtiments.

Les unités d’hébergement totalisent 95 lits et sont réparties:

– Au RDC du bâtiment La Plaine : l’unité 1 regroupe 11 lits autour d’un grand salon de vie central. Cette petite unité pourra éventuellement accueillir à terme des personnes âgées désorientées.

– au R+1: l’unité 2 de 42 lits se répartit avec 28 lits dans l’extension et 14 lits dans la maison de retraite La Plaine restructurée,

– au R+2: l’unité 3 de 42 lits se répartit à l’identique du R+1, avec 28 lits dans l’extension et 14 lits dans la maison de retraite La Plaine restructurée.

A chaque étage, les unités sont réparties en groupes de chambres autour des locaux de soins, d’un grand salon et des ascenseurs.

La plupart des chambres sont orientées Sud , Est ou Ouest.

Les circulations sont éclairées naturellement pour améliorer le confort des résidents et permettre des échappées visuelles sur l’extérieur

Les chambres, espaces d’intimité et de confort comptent toutes 20m2 au minimum.
Les chambres neuves du 2° étage sont toutes prolongées par un bow-window, permettant d’accroître les points de vue sur l’extérieur, tout en captant au maximum les rayons du soleil.

L’espace intérieur est décomposé en :
– une entrée, marquée un plafond surbaissé
– un coin salon à proximité du bow -window
– un coin nuit, avec le lit et un placard,.
– la salle d’eau, accessible aux fauteuils roulants, avec WC suspendu, douche, et plan-vasque.
 
Les gaines techniques sont accessibles depuis la circulation et permettent les interventions d’entretien sans déranger les résidents.

Des espaces de services nécessaires au fonctionnement de l’établissement viennent compléter le projet :

– La cuisine installée au rez-de-chaussée dessert directement les salles de restaurant des résidents et du personnel. Elle est approvisionnée à partir du sous-sol par un monte-charge.

– Les vestiaires-sanitaires du personnel sont aménagés au sous-sol de la maison de retraite

– Les locaux techniques et l’atelier d’entretien situés au R-1 de l’extension sont en contact direct avec l’extérieur et de plain-pied avec la cour de service. Les magasins de stockage, le local poubelles, les vestiaires-sanitaires du personnel de cuisine sont aménagés à ce même niveau.

Les 2 ascenseurs centraux descendent au R-1, de façon à assurer le transport du linge propre, du linge sale et des poubelles.

Le R-1 de l’Extension est relié directement au sous-sol de la maison de retraite La Plaine par une galerie enterrée facilitant ainsi l’acheminement du linge et l’évacuation des déchets. »

Programme

• Humanisation de l’ancien hôpital local de Janville comprenant :
– Extension et Réhabilitation de la maison de retraite existante La Plaine construite en 1970
– Restructuration lourde du pavillon Jeanne d’Arc bâti au 19° siècle
• Pour réaliser :
– 95 chambres de 20 m2 avec locaux de soins et salons  
– des lieux de vie collective : boutiques, salles d’activités et salle de restaurant
– cuisine, administration et locaux logistiques
– jardin aménagé pour la promenade et le jardinage

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

Construction neuve : 3570 m2 SHON - Restructuration : 2390m2 SDO

Coûts

7 500 000 € HT (valeur 2005)

Crédit photos

Hervé ABBADIE

Date de mise à jour

01/10/2012