Le nouveau corps de bâtiment de l’Ecole d’Architecture de Lille complète les deux autres pour former un ensemble unifié, tout en affirmant son identité propre. Ce principe a guidé le projet dès sa conception, qu’il s’agisse de son implantation, de son organisation interne, de son vocabulaire formel et de son image architecturale, et même du parti structurel adopté. Il occupe l’espace vacant à l’angle nord des deux autres bâtiments, dans le prolongement naturel de l’un comme de l’autre, calé sur la limite de la parcelle avec le parc public du Vallon Vert. Le fonctionnement interne est organisé suivant trois niveaux, chacun comportant un type de programme précis : – Un grand atelier de mise en oeuvre au rez-de chaussée (500m?, 6m sous plafonds) – Deux salles de séminaire en mezzanine sur cet atelier – Les ateliers d’architecture au premier étage. L’extension est reliée à l’école actuelle par le premier étage grâce à deux passerelles-galeries. Elles s’évasent au fur et à mesure qu’elles pénètrent le nouveau corps de bâtiment, ainsi la transition avec les deux entités préexistantes de l’école se fera de manière fluide et naturelle. Les passerelles débouchent sur un vaste espace de circulation, lieu de rencontre et d’échanges entre étudiants et corps enseignant, desservant les ateliers. La structure du bâtiment détermine son architecture. Elle résout tout ensemble le problème de la grande portée libre de 25mètres dans l’atelier de mise en oeuvre, guide la division des espaces dans les étages, contient l’éclairage de toiture et donne au bâtiment son image. Elle est volontairement désolidarisée des éléments de façade, traités comme une ” peau ” continue enveloppant l’ensemble des espaces qu’elle contient. La structure est constituée de paires de portiques croisés et superposés : le portique haut ” soulage ” en son milieu la portée franchie par le portique bas, ce qui permet de réduire la section des poutres de celui-ci. Les poutres se croisent à leur point de suspension par le portique supérieur, ce qui donne aux volumes à l’étage un plafond ” évasé “. L’ensemble des charges structurelles s’exerçant dans le bâtiment est rendu visible, notamment dans le grand atelier ou les couples de poteaux évasés concentrent, puis transmettent jusqu’au sol les efforts de la structure. La mise au point de cette structure fut un des enjeux majeurs des phases de conception et du chantier. Une collaboration étroite entre l’équipe de maîtrise d’oeuvre et l’entreprise a permis d’en optimiser le calcul afin de s’approcher au plus juste de l’épure idéale. L’ambition structurelle du bâtiment est accompagnée par une palette de matériaux réduite et d’inspiration naturelle : béton gris pour les éléments de structure, béton noir pour les éléments de façade, acier pour les menuiseries et la toiture, verre ou verre armé pour les ouvertures, cloisons composites de fibres de ciment pour les séparatifs entre atelier. Le traitement des matériaux permet une lecture claire des espaces de natures différentes : la masse noire des ateliers du premier étage ” flotte ” sur la vitrine en verre armé du grand atelier de mise en oeuvre, donnant à l’école une présence affirmée et symbolique sur l’espace public. © Atelier Seraji

Programme

salles de classe, atelier de maquettes, réhabilitation de la bibliothèque

Année de réalisation
2006
Coûts
2 960 600 € HT
Crédit photos
Stephan Lucas
Réalisation mise à jour
septembre 2022
debug, no arrray