La gare - Dijon

Rue Guillaume Tell, rue des Perrières, 21000 Dijon

Architecture du XXe de la Côte d’Or

Commande centralisée, 1947
Direction Régionale de la SNCF, 1960 – Rue Guillaume Tell, rue des Perrières
Bâtiment des voyageurs, 1962. A. AUDOUL et P. PEIRANI architectes – Cour de la Gare.
La gare construite suite à l’inauguration de la ligne Paris-Dijon en 1851 est détruite par les bombardements alliés en 1944. Sa reconstruction est l’occasion d’assimiler des dispositions du mouvement moderne : premier équipement achevé, la commande décentralisée adopte ainsi le toit-terrasse, les bandeaux vitrés et le placage de pierre ; elle se développe dans des volumes d’une grande plasticité (ex : rotonde de la cage d’escalier). Ce parti architectural rappelle la production de Roger Barade (campus, centre hospitalier, Conseil Régional). L’attribution du bâtiment à l’architecte du campus et de l’hôpital reste cependant à confirmer. Les chantiers menés au début des années 1960 reprennent quelque peu tardivement et avec moins de force l’écriture de la commande centralisée. Le hall d’accueil, seul élément subsistant du bâtiment des voyageurs, est traité en rotonde comme l’a été celui de la gare de Brest, édifié vers 1936 par Urbain Cassan. Depuis sa reconstruction, la gare s’est équipée entre autres d’un parking (1987, André Roux architecte), lequel tend par la couleur de ses matériaux à se fondre dans le complexe ferroviaire, et d’un foyer destiné aux agents de trains (1998, Jean-Marie Dutilleul et Pierre-Olivier Comarteau, architectes).

 » Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions -2008 « 

Année de réalisation

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

23/12/2016