Groupe scolaire Guillaume Apollinaire à Bondy - BONDY

16 avenue Henri-Barbusse, 93140 BONDY

OBS-14
ARCHITECTE : Atelier d’Architecture PHILEAS mandataire BUREAU D’ETUDES : BETOM Ingénierie BUREAU D’ETUDES HQE : CAP TERRE ACOUSTICIEN : AVEL Acoustique. Afin de répondre à une forte poussée démographique, la ville de Bondy a décidé en 2003, la programmation de deux écoles de quinze classes à construire en trois ans au Nord et au centre de la ville. Ces deux écoles ont été projetées dans le cadre du Programme de rénovation urbaine engagé par la ville et présenté en mars 2006 devant le comité national d’engagement de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Ce projet prévoit également la construction de nouveaux logements, l’ouverture et la dédensification de certains quartiers. Au centre-ville, le projet de rénovation urbaine planifie la construction de logements, la création d’un nouveau pôle commercial, et le réaménagement de voiries attenantes. Le groupe scolaire Guillaume Apollinaire a été livré en 2007. Il est situé au centre ville, à proximité de l’hôtel de ville et de l’église Saint-Pierre de Bondy. Le terrain d’une superficie de 4. 700 m2 est bordé par un ensemble de logements sociaux des années 50-60. Il est localisé entre le cimetière de Bondy à l’Est et une allée de pavillons donnant sur la rue Carnot à l’Ouest. L’entrée principale se situe avenue Henri-Barbusse, route départementale reliant d’Est en Ouest les communes voisines de Noisy-le Sec et Pavillons-sous-Bois. À l’emplacement de cette école se trouvaient des ateliers municipaux. La nouvelle école se caractérise par un programme de quinze classes élémentaires, d’une bibliothèque avec salle informatisée, d’un centre de loisirs, d’une salle polyvalente et d’un espace pour le réseau d’aides spécialisées pour les élèves en difficulté (RASED). La capacité totale de cette école est de 380 élèves. L’une des difficultés du projet était d’intégrer ce bâtiment, d’architecture moderne, dans un quartier plutôt hétérogène. L’idée des architectes a été de concevoir cette nouvelle école au milieu du « Bois de Bondy » dans un environnement qu’ils se sont efforcés de revégétaliser. La perception générale du projet est un ensemble de bâtiments émergeant des frondaisons et posés sur un niveau faisant office de socle. Ce dernier, partiellement vitré, offre de larges transparences sur l’ensemble du site. Il est abrité par des débords de toiture. Chaque volume protège ses transparences et vues par un filtre diaphane composé d’éléments en terre cuite et de frondaison. Les brise-soleil apportent une touche très graphique aux façades. Une approche environnementale Par l’approche environnementale, l’analyse de l’exposition, des vents dominants et la recherche d’apports solaires, les classes ont été exposées à l’Est, le long du cimetière et le programme a été scindé en deux entités principales dans le sens de la longueur. La vue sur le cimetière a été estompée par des brise-soleil en terre cuite, qui assurent de plus une protection solaire. Les deux corps de bâtiment, reliés par deux passerelles forment la figure recherchée par les architectes pour symboliser à la fois l’institution (un hall protégé par un grand porte-à-faux) et l’ouverture (depuis la rue, la vue s’étend jusqu’au fond de la cour). L’école se compose de trois entités fonctionnelles indépendantes : l’école, le centre de loisirs et la cantine. L’école et le centre de loisirs sont répartis dans les deux ailes principales situées parallèlement, les espaces de restauration étant placés dans un bâtiment distinct, en fond de parcelle, dans l’angle sud du terrain. La cour de récréation est ainsi délimitée au centre de ces trois bâtiments. Une voie nouvelle a été créée au Sud qui offre un accès de service, et permet de rejoindre le parking. Les bureaux (directrice, médecin scolaire, psychologue) sont placés au rez-de-chaussée de l’aile Ouest ainsi qu’une salle d’adaptation, le local du gardien et une salle informatique. Le CDI est situé en mezzanine. Les salles de classes sont distribuées à l’étage par de larges couloirs bien éclairés. Elles disposent toutes de rangements et de sanitaires disposés en tampon entre chaque salle de cours. Le centre de loisirs dans l’aile Est comprend une grande salle polyvalente, une autre réservée aux arts plastiques et trois salles d’activités d’environ 50 m2 chacune, avec un bloc sanitaire et un bureau pour la directrice. Un travail sur la couleur a été réalisé pour distinguer les différents espaces. L’établissement scolaire se caractérise par des équipements ouverts aux associations ou aux gens du quartier. L’école doit être un lieu de vie pour les habitants. Une salle informatique est ouverte au public en dehors des heures scolaires, et des activités théâtrales sont organisées dans la salle polyvalente. Un projet végétal La notion de végétation occupe une place importante dans le projet. L’environnement immédiat de l’école est particulièrement minéral. L’avenue Henri-Barbusse où se situe l’entrée principale fait office d’exception. Elle dispose d’un alignement d’arbres sur un terre-plein central végétal et fleuri. L’idée était de prolonger cette végétation au coeur du projet, et de nombreux arbres et haies vont être plantés le long des murs mitoyens. De plus, les toitures sont recouvertes de sédum. Cette végétalisation du site remplit un rôle important dans la gestion de l’eau en permettant la limitation de l’imperméabilisation de la parcelle, et la rétention des eaux de pluie. Toute cette végétation reconstitue une zone verte dans le centre-ville puisqu’elle est visible depuis la rue et les immeubles avoisinants. Un projet HQE L’école Guillaume-Apollinaire s’inscrit dans une démarche de développement durable et le projet est en cours de certification « H.Q.E NF Bâtiments tertiaires ». Les quatorze cibles définies par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ont été traitées. Un travail de concertation important avec l’ensemble des acteurs du projet a été mené tout au long du processus de conception de l’école. Pour intégrer le volet environnemental dans le projet, les architectes ont tout d’abord utilisé des dispositifs simples, tels que des toitures végétalisées, des brise-soleil en terre cuite, et des panneaux solaires pour la production d’eau chaude de la cuisine. Des dispositifs plus complexes, moins visibles mais tout aussi efficaces, ont été intégrés dans le fonctionnement de la structure : par exemple, des rupteurs de ponts thermiques, des matériaux recyclables ou issus de filières non polluantes, des limitateurs de consommation d’électricité ou d’eau (détecteurs de présence, robinets temporisés), une citerne de rétention des eaux pluviales pour l’arrosage, des détecteurs de CO2 dans les classes, systèmes permettant une meilleure gestion de la maintenance et des consommations, … De plus, le chantier a été traité en chantier « vert », avec des nuisances limitées pour les riverains, tri des déchets, réduction des consommations d’eau, etc. Avec la construction de ce nouveau groupe scolaire Guillaume Apollinaire, Bondy, propose un bâtiment qui est un élément fort du renouvellement urbain de la commune, respectueux des enjeux actuels liés au développement durable, ouvert sur le quartier et sur la ville.

Programme

Groupe scolaire

Concepteur(s)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

3100 m2 (SHON)

Coûts

5,7 millions d'€ (HT)

Crédit photos

DESCHAMPS Raphael et LUCAS Stefan

Date de mise à jour

12/07/2019