“La réponse urbaine et architecturale inscrit l’opération dans une relation équilibrée avec son environnement immédiat. Elle tente d’anticiper plus largement à l’échelle de la Zone d’aménagement concertée (ZAC) la question du traitement des limites entre architecture et nature. Cela se traduit par deux parti-pris :

  • d’une part, la conception d’un bâtiment en forme de “U” autour d’un cœur d’îlot végétalisé. Il concentre les principaux accès à la parcelle et divers locaux communs. Cette conception génère des logements majoritairement traversants qui se prolongent en loggias sur les trois façades extérieures ;
  • d’autre part, le recours à l’utilisation d’un bardage métallique nervuré ponctuellement perforé et le travail sur la colorimétrie : il privilégie les nuances de la teinte taupe en référence au bois des arbres et à la terre.

La recherche de densité et les alignements inscrits au plan d’aménagement ont également compté dans le choix de la composition. Un volume en R+2 permet d’obtenir 42 logements aux typologies variées, répartis sur trois circulations verticales.

Nous avons pris le parti de “poser” cinq maisons en ossature bois sur le toit des bâtiments en “U”. Elles sont une réinterprétation architecturale dudit « attique » dont la forme est plus ou moins cadrée par les règlements d’urbanisme. Ces maisons « perchées », en duplex, sont accessibles depuis les halls 1 et 2. Elles profitent de grandes terrasses extérieures, tantôt bois, minérales et végétalisées. Ouvertes sur trois façades, elles jouissent de vues au-delà des hameaux qui entourent le vallon des Garettes.

Alternatives aux maisons accolées des programmes mixtes de logements collectifs et individuels, elles présentent l’avantage de ne subir ni vis-à-vis ni ombre portée des opérations voisines et de garantir une intimité certaine. L’augmentation du coût du foncier et la densité de plus en plus recherchée tendent en effet aujourd’hui à remettre en cause la pertinence de ces opérations mixtes où l’on constate que la maison accolée reste une alternative parfois décevante à la maison de lotissement à laquelle encore beaucoup aspirent. Ces maisons atypiques à la volumétrie singulière, questionnent la représentation de la maison dans l’imaginaire collectif et sa traduction architecturale.

Enfin, la notion de parcours se révèle être au cœur du projet. Nous avons travaillé différentes manières d’accéder aux logements de façon à permettre à l’usager une meilleure appropriation de son logement.”

(Texte de l’architecte)

 

Approche environnementale :
  • THPE Effinergie+
  • Toitures végétalisées
  • ossature bois (maisons)
  • briques monomur
Programme

Construction d’un ensemble immobilier en R+2+Attique de 47 logements dont 42 appartements et 5 maisons sur le toit. Coursives larges et parc de stationnement enterré de 69 places

Maître(s) d'ouvrage(s)
Année de réalisation
2016
Surface(s)
3 236 m² SDP
Coûts
4 390 000 € HT espaces verts, VRD, travaux modificatifs acquéreur inclus
Crédit photos
Stéphane CHALMEAU
Réalisation mise à jour
septembre 2023
debug, no arrray