Il est des programmes qui se choisissent un lieu. Celui-ci en fait partie. Situé en frange nord de la gare, aux prémices d’un quartier en pleine restructuration, le bâtiment se pare de zinc comme un clin d’oeil au passé industriel du quartier.

Ce simple parallélépipède métallique occupe la totalité de la parcelle laissant transparaître le matériau bois autour de quelques événements (vitrine, terrasse, entrée…) signifiant à la ville son activité intérieure.

Deux espaces ouverts accueillent dans une structure solidaire d’open-space jusqu’à seize co-workers. La lumière abondante du Nord permet un travail informatisé confortable sans éblouissement. La blondeur du bois colore ce lieu : une dalle “industrielle” en bois lamellé cloué, des parements muraux suspendus et un plafond filant en résille de bois intégrant l’éclairage, confèrent à cet espace cette ambiance particulière et chaleureuse autour d’un poêle à bois granulé pour chauffer ce lieu ” familier”. Une terrasse de bois brut prolonge l’espace de travail à l’extérieur jusqu’à un filtre végétal de bambou.

Les espaces de services (cuisine, vestiaire et sanitaires) forment avec l’entrée une entité. La couleur connotée verte unifie et se décline dans les sols, murs ou mobilier.

Autour des locaux techniques (reprographie et archivage), le sous-sol propose des formes de travail à inventer : deux salles pour des travaux de groupe, visioconférence, réunion, réception client ou même sieste et détente, allongé dans un canapé coloré entreposé sur le gazon artificiel couvrant la dalle béton.

Ce lieu de développement économique s’inscrit dans un développement durable sans pour autant jamais vouloir le signifier : un puits canadien sous le bâtiment, une étanchéité à l’air remarquable en réhabilitation, une inertie de sous-sol mise à profit dans la ventilation naturelle, une sur-isolation intérieure ainsi qu’une isolation extérieure derrière le bardage, une ventilation double flux performante dissimulée dans les plafonds et une lumière naturelle diffuse fondamentale.

La nature même de son programme offrant une densité d’activités diverses, de réseaux réciproques et de développement en fait un projet innovant et durable. En effet, si l’on fait confiance aujourd’hui à l’architecture pour proposer une construction la plus respectueuse de son environnement, ce projet veut simplement croire que seul l’usager rendra son architecture réellement durable.

Equipements : isolation intérieure et extérieure, sous-sol béton pour inertie, ventilation double flux, poêle à bois granulés, puits canadien

Performance : projet labellisé Effinergie, Cep BBC : 85,5kWh/m² (Cep réf. Reno BBC : 101,4kWh/m² )

(Texte : MIGNOT Jean-Denis, PALLARES-PEREZ Maria-Angeles, GUIVIER Jérôme, architectes)

Prix :
Palmarès de l’architecture et de l’aménagement Franche-Comté 2012 : Mention catégorie Lieu de travail
Palmarès de l’architecture et de l’aménagement Doubs 2011 : Lauréat catégorie Lieux de travail
Palmarès régional de la construction Bois ADIB Franche-Comté 2013 : Lauréat catégorie Extension/surélévation, réhabilitation/rénovation

Documents
Programme

Tout démarre d’un ras-le-bol…! Celui de travailler entre la table du salon et la couette de son lit. Celui de recevoir son client au café ou chez lui. L’idée d’appliquer les avantages de la colocation à un lieu de travail : the co-working.

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2011
Surface(s)
210 m²
Coûts
208 000 € (TTC) soit 990,50€ (TTC) le m² - Ce projet a été construit en auto-construction.
Crédit photos
MIGNOT Jean-Denis, PALLARES-PEREZ Maria-Angeles, GUIVIER Jérôme, architectes
Contact
MIGNOT Jean-Denis, architectePALLARES-PEREZ Maria-Angeles, architecteGUIVIER Jérôme, architecte 4 rue Eugène Savoye 25000 BesançonTél. : 06 87 47 25 73contact@ibureaubisontin.com