Situé entre les enceintes du XI éme et du XIV ème siècle, l’îlot Notre Dame a été occupé jusque vers 1830 par des bâtiments de l’abbaye d’Anchin desservis par la ruelle du même nom. Ce n’est qu’en 1895, lors du démantèlement des remparts qu’est créée la rue Neuve Notre Dame dont le tracé est établi, en remblais, au travers de l’implantation des anciens bâtiments de l’abbaye. Des habitations bourgeoises, de facture classique, s’établissent de part et d’autre de cette nouvelle voie. La ruelle d’Anchin est déclassée vers 1992. Il est apparu important de conserver la trace de cette ancienne ruelle en y implantant la voie d’accès au parking, ce qui permet par ailleurs de desservir, comme demandé dans le programme, l’arrière de la maison donnant rue Henri Dunant. De façon à ne pas effectuer de terrassements destructifs pour préserver les vestiges existants en sous-sol, le projet se pose sur le niveau existant. L’étage de parkings, de plain- pied avec le c∏ur d’îlot, crée un soubassement, en terrasse, qui disparaît progressivement au fur et à mesure de la montée des rues Terrasse Notre Dame et Neuve Notre Dame. En réponse au rythme et à l’organisation des constructions existantes et sans tomber dans le pastiche de la reconstitution de fausses maisons individuelles, le projet est organisé sur le principe de la double silhouette formée par la composition des façades des constructions avoisinantes. Un premier plan à R+1 et R+2 crée une première silhouette dont la forme crénelée subdivise l’opération tout en lui gardant son homogénéité. Cette première silhouette est complétée d’un second plan à R+3 qui rappelle le volume des toitures existantes et constitue une seconde silhouette se découpant sur le ciel. Dans un souci de luminosité, de rappel de l’église Notre Dame, et de refus d’un pastiche mélangeant, sans cohérence constructive, briques et pierres, le premier plan est traité dans une teinte uniformément claire. Cette apparente simplicité est toutefois enrichie par le traitement des détails (linteaux métalliques, gardes corps en serrurerie, corniches) et la diversité des matériaux (soubassement en grès beige, rez-de-chaussée en pierre calcaire et les corniches en béton pierre, étages du premier plan en enduit pierre). En référence aux toitures voisines en ardoises, le second plan est de couleur gris bleu, il est recouvert d’un bardage de type Minéralis. De façon à retrouver la finesse des menuiseries existantes, les menuiseries du projet sont en bois à l’exception des ensembles vitrés des halls d’entrés prévus en métal.

© ANAA Architectes

Programme

Construction de 50 logements en accession

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2009
Surface(s)
SHON : 5 000m²
Coûts
4.000.000,00 € HT
Crédit photos
ANAA Architectes
Contact
ANAA Architectes
Réalisation mise à jour / donnée
novembre 2022