Réalisation sélectionnée à APERÇUS 2019 – Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Loire-Atlantique du CAUE de Loire-Atlantique

Le site d’implantation du Chronographe est celui de la ville antique de Ratiatum, où des fouilles archéologiques ont permis de découvrir les vestiges du port, de son quai et de ses entrepôts implantés en bord d’un bras de Loire comblé. Le petit prieuré de Saint-Lupien, dont subsiste la chapelle médiévale, maintint longtemps seul le souvenir d’une vie sur ce site resté rural, au coeur de l’agglomération et à deux pas du centre ancien de Rezé.

La décision de construire sur le site même, à l’intérieur des fondations de pierre délimitant l’emprise d’un des hangars antiques, a contraint le plan de l’édifice. Sa volumétrie est compacte, allongée, comme effleurant le sol en pente. Elle s’élève grâce à une tour-belvédère dont la structure légère évoque le château arrière d’un navire antique autant qu’une tour d’assaut de fortification médiévale. Sous une terrasse accessible, le volume principal à ossature métallique, bardé de planches de bois et percé de baies horizontales, abrite la scénographie de l’exposition permanente. Il semble en lévitation au-dessus de l’espace vitré destiné aux activités de groupes et aux expositions temporaires.

La coursive métallique menant au hall d’entrée participe elle aussi à cette image d’une construction éphémère, sans pesanteur, comme posée sans dommages sur la fragilité de vestiges millénaires. Les aménagements extérieurs, aujourd’hui peu visibles, font oublier le travail fin de gestion des niveaux archéologiques, de mise en place des réseaux et des voiries lourdes, de gestion d’un site devenu espace vert de proximité à l’échelle du quartier.

(Texte : CAUE de Loire-Atlantique)

Approche environnementale : La morphologie du bâti que nous avons adoptée est compacte afin de limiter le développé de faces déperditives. La création de surfaces vitrées dans l’enveloppe a été limitée afin de conserver la haute performance thermique visée. Les façades sont cependant suffisamment vitrées pour bénéficier toute l’année d’une importante quantité de lumière naturelle, qui contribue à réduire notablement les consommations électriques d’éclairage.

Bureaux d’études : PLBI (BET Structure), MBI (BET Fluides), Ic-Tec (Économie de la construction), RFR éléments (Ingénierie Environnementale)

Programme

Construction d’un centre d’interprétation et d’animation du patrimoine (CIAP). Aménagement d’un parcours d’interprétation archéologique

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2017
Surface(s)
690 m² SU | 824 m² SDP
Coûts
2 630 000 € HT | Scénographie : 520 430 € HT
Crédit photos
François DANTART Photographe
Distinction(s)
Sélectionné pour Aperçus 2019, Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Loire-Atlantique organisé par le CAUE de Loire-Atlantique
Réalisation mise à jour
septembre 2022
debug, no arrray