La résidence est constituée de trois parties : une tour de plan carré, une barrette en R+3 tournée vers le coeur d’îlot et un long immeuble qui commence rue du Fg de Roubaix et qui reçoit à son extrémité Sud une autre tour. Un généreux parvis central dessert toutes les entrées. Dans cet épannelage, les volumes s’animent par un jeu de cavités et d’alcôves. Souvent groupées, celles-ci introduisent un ordre particulier dans le dessin des élévations, une dimension intermédiaire entre le logement et le gabarit général. Sur un angle de la tour isolée, trois appartements ont été extraits à la figure génératrice. Toute la cavité ainsi créée est peinte d’un fuschia qui révèle la force de l’écorché et qui s’anime du jeu des coursives métalliques… La majorité des élévations est réalisée en panneaux préfabriqués de béton teinté dans la masse. Ces éléments acquièrent sous le soleil une coloration violette, ou bien dans l’ombre, se densifient jusqu’au noir profond. Sur le square du parvis de Copenhague, une trame de ventelles d’aluminium sert de brise-soleil. Dans les logements, le thème du couloir est re-visité : création d’un espace tampon faisant défaut au T2, ou élargissement en espace repas devant les cuisines ouvertes des T3 ou T4. Les plans-modèles sont donc dilatés et les loggias en sont le développement extrême. Sur les toits-terrasses les plus bas, des espaces végétalisés prennent le statut de jardin, ils sont en partie accessibles aux habitants. © Christophe Hespel Projet présenté lors de l’exposition Habitat contemporain en pays lillois à la Maison de l’Architecture et de la Ville

Programme

63 logements

Types de réalisation

Année de réalisation

Crédit photos

Agence Lalou-Lebec

Date de mise à jour

02/09/2009