L’esplanade Villès-Sautron et kiosques de restauration rapide. - Saint-Nazaire

Boulevard Albert 1er, 44600 Saint-Nazaire

Projet mentionné au Prix départemental d’aménagement de Loire-Atlantique 2008 du CAUE 44. La réconciliation de Saint-Nazaire avec son port s’accompagne de la redécouverte de la baie urbaine qui s’étend entre le fleuve et le grand large. L’esplanade Villès-Sautron est un de ces espaces où la ville regarde vers l’embouchure, entre le port et la côte de Saint-Brévin. La suppression du muret de pierre qui courait en limite du remblai aura été l’acte fondateur de la requalification du site, jusqu’alors traité en boulevard urbain. C’est à partir de cette ouverture qu’il est devenue possible, tout simplement, de s’asseoir sur un banc et de contempler la baie, de réellement marcher au bord de l’eau, et d’intégrer à la ville les pêcheries qui animent le littoral de leurs fragiles silhouettes. Le projet semble la poursuite évidente de cette logique, avec le traitement lisse de l’espace en pelouses, cheminements de stabilisé et promenade en béton, sans bordures, reliefs ou fleurissements intempestifs pouvant gêner l’horizontalité du site. Les éléments de mobilier urbain sont réduits au nécessaire, conçus ou choisis avec une élégante transparence : garde-corps métallique en profilés et câbles d’inox, bornes limitant la circulation en fins poteaux de métal, sobres lampadaires d’esprit marin. La promenade piétonne, simple cheminement de béton lisse, longe le garde-corps qui ne s’interrompt que pour donner accès aux passerelles des pêcheries, et s’élargit au sud de l’esplanade, là où l’ouverture vers l’océan se fait véritablement sentir. La convivialité retrouvée de l’esplanade Villès-Sautron, grâce au travail conjoint des paysagistes et des services techniques de Saint-Nazaire, incite aujourd’hui la ville à poursuivre le projet de requalification des espaces publics du front de mer, à l’échelle de toute sa baie. L’opération de requalification de l’esplanade Villès-Sautron s’est accompagnée de la création de deux kiosques de jardin, démontables en basse saison, et accueillant des services de bar et de restauration rapide. Conçus à partir de constructions modulaires préfabriquées de 19 mètres carrés, ces petits édicules comportent chacun un espace de vente, un lieu de stockage et un sanitaire. Leur ossature est habillée d’un revêtement de bois bakélisé au ton acajou, lui-même enveloppé d’une double peau réalisée en volets métalliques fixes et ouvrants. Leur tôle d’aluminium de qualité marine, de 5 mm d’épaisseur, a été découpée au laser selon des motifs évoquant des coquillages, mi-géométriques et mi-organiques. Lorsque les kiosques sont en fonctionnement, les volets articulés s’ouvrent, pour laisser voir les panneaux de bois des allèges, permettre l’ouverture de petits auvents de protection, et donner vie aux comptoirs de service. Les deux édicules, posés au niveau du sol, sont implantés perpendiculairement aux circulations, et s’ouvrent directement sur la nouvelle promenade aménagée au long du rivage. La nuit, une seconde vie les attend. Entre leurs revêtements de bois et d’aluminium, un éclairage intégré leur donne alors une matière légère de dentelle nuageuse, et leur permet de devenir deux signaux lumineux ponctuant d’une douce poésie le littoral nazairien. (texte : CAUE de Loire-Atlantique)

http://www.topos-architecture.com

Programme

Requalification d’une première séquence du front de mer, représentant plus de 700 mètres linéaire de promenade, côté mer : Organiser, qualifier et densifier les différents usages existants, privilégier la fonction promenade et détente en bord de mer / Paysager le site pour réveiller son identité littorale et valoriser ses prespectives vers la mer et les pêcheries (végétaux littoraux, espaces engazonés) / Impulser une nouvelle image par le choix d’un vocabulaire urbain moderne et épuré, notamment avec l’arasement de l’ancien muret et son remplacement par une fine main courante inox (cheminement piéton en béton, itinéraire vélo en stabilisé, bancs bois et inox…) / Création et implantation de 2 kiosques « architecturés » (rafraîchissement et petite restauration), implantés sur deux placette dédiées et destinés à renforcer l’animation et la qualité d’usage de la baie. Conception des kiosques réalisés à partir d’un module Algeco, habillé de bois bakélite et recouvert de volets aluminium de type « Kazed » découpé aux motifs de coquillage.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Espaces publics : 20 000 m2 (Surfaces utiles) / 1 kiosque : 19 m2 (Surfaces utiles)

Coûts

Espaces publics : 1 800 000 € (TTC) / 2 kiosques : 190 000 € (TTC)

Documents

Crédit photos

Stéphane CHALMEAU

Date de mise à jour

24/11/2009