La Maison radieuse de Le Corbusier et Wogenscky, qui réunit 294 appartements dans un même immeuble de 52 mètres de hauteur, est implantée en limite du bourg ancien de Rezé, dans un environnement pavillonnaire urbanisé sur d’anciennes parcelles maraîchères en lanières. Ce tissu urbain très lâche laisse libres d’importants cœurs d’îlots, qui constituent autant d’opportunités pour une densification en douceur de la ville, conçue aujourd’hui comme une alternative aux deux « modèles » en présence sur le site, le grand collectif et l’individuel spontané.

L’ensemble Néopolis regroupe des logements de trois types, sous la forme d’habitat collectif, intermédiaire et individuel. Les 15 maisons groupées en bande s’ouvrent au sud sur des jardins privatifs donnant sur une allée centrale piétonne, au nord sur des jardins partagés. Leur écriture architecturale et leurs volumétries à redents font explicitement référence au lotissement de la Cité Frugès édifié à Pessac en 1924 par Le Corbusier. Mais les vides intermédiaires entre deux maisons sont ici munis d’une enveloppe transparente, qui leur confère le statut de jardins d’hiver.

De l’autre côté de l’allée, trois ensembles de deux et quatre niveaux s’alignent au long d’une voie nouvelle. Ici, au-dessus des stationnements couverts, les logements intermédiaires sont regroupés par quatre, et accessibles par un porche commun à usage de hall et de local vélos. Leur organisation intérieure en duplex ou triplex et leurs espaces extérieurs, jardins, balcons ou terrasses à fins garde-corps métalliques, les apparentent à des « maisons de ville ». Leur conception, ici aussi, fait penser à celle des appartements de la Maison radieuse. Les géométries construites, élégantes et strictes, s’adoucissent au contact du sol, avec des soubassements et des murets vêtus de pierre, des clôtures en ganivelles, des escaliers en métal et planches de bois brut.
Un petit immeuble collectif en R+2 complète la composition d’ensemble à l’angle de la voie nouvelle.

(Texte : CAUE de Loire-Atlantique)

 

Approche environnementale :
  • RT 2012, Maisons équipées de panneaux photovoltaïques en toiture
Rôles :
  • Architecte mandataire : AUD VINCENT PERRAUD ARCHITECTURE
  • Architectes associés : DLW Architectes
Programme

Construction de 70 logements : 55 collectifs et intermédiaires, 15 individuels

Maître(s) d'ouvrage(s)
Année de réalisation
2018
Surface(s)
4 690 m² SHAB | 4 890 m² SHON
Coûts
6 296 540 € HT VRD et espaces verts inclus
Crédit photos
Photos 1 à 3 et 6 à 10 : Guillaume AYER Photographe | Photos 4 et 5 : Vincent PERRAUD Architecture
Distinction(s)
Sélectionné pour Aperçus 2019, Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Loire-Atlantique organisé par le CAUE de Loire-Atlantique
Réalisation mise à jour
mars 2023
debug, no arrray